Malgré la canicule nous étions quelques uns autour du lieu où se trouve habituellement la stèle de Jean Jaurès (enlevée à cause d’un chantier), près de la place de Catalogne à Perpignan. Comme chaque année nous évoquions le souvenir du grand pacifiste, humaniste, progressiste Jean Jaurès assassiné à Paris le 31 juillet 1914 au café du Croissant par Raoul Vilain, un extrémiste et guerrier exalté, que l’on retrouva plus tard dans les rangs de la Phalange pro-franquiste et auquel les républicains espagnols firent la peau. L’œuvre, l’action, l’engagement de Jean Jaurès fondateur du Journal l’Humanité, sont encore d’une grande actualité et ont valeur d’exemple pour les communistes français et pour tant d’autres. J’ai eu l’occasion de le rappeler dans les quelques mots que j’ai été amené à prononcer, étayés comme à l’habitude de quelques citations du grand homme sur la paix, l’engagement révolutionnaire et les méfaits du capitalisme qui même habillé de strass ultra libéral reste terriblement prédateur pour les humains.

Nicolas Garcia