Serge Regourd est conseiller régional proche du PCF, élu sur le « quota » communiste aux dernières régionales. Sans être vice-président chargé de la culture, il préside aux affaires culturelles de la Région et en tout cas à la commission du même nom. Universitaire dans le domaine culturel, l’homme est un infatigable défenseur et promoteur d’une culture créative, libre, motrice et salvatrice de l’humanité. On pourrait résumer son propos, si l’expression ne se rapprochait d’une autre de triste mémoire, à « la culture ou la mort ». Serge Regourd était samedi dans notre département.  Après une rencontre à Alénya avec les intermittents du spectacle qui occupent l’espace Ecoiffier et, selon lui, défendent plus que leur propre possibilité de travailler et de créer en dénonçant la réforme de l’assurance chômage, il a présenté son livre (40 pages, 5€) « SOS culture ». Critique, pensée, propositions d’un militant pour une culture inventive, surprenante, innovante et par la formation, dès le plus jeune âge, donne à toutes et tous accès et appétence à une culture qui fait évoluer l’être dans le collectif et le collectif dans l’être. Car contrairement à André Malraux dont il avoue admirer le travail de ministre de la culture sous De Gaulle, il ne croit pas à la spontanéité du goût pour la culture, ni à la seule beauté d’une œuvre pour le déclencher. Signe des temps et du type de culture que l’on veut promouvoir auprès du peuple et des plus jeunes, la nomination au ministère où se sont succédés des Malraux et autres Jack Lang, une ministre qui, avant de l’être, amusait la galerie aux grosses têtes ou chez Hanouna. « Est-ce que ce monde est sérieux? »

3SOS Culture, le livre « sans prétention » de Serge  Regourd se lit rapidement mais enrichit votre réflexion pendant bien plus longtemps, un plaisir aussi d’en débattre avec lui en cette période si triste pour les Humains et la culture.

Nicolas Garcia