Il est des fois où la décision politique peut prévaloir sur la consultation citoyenne, concernant le nom de la région telle était ma position et je n’en ai pas changé. En effet comment considérer juste une votation où une partie de la décision ne concerne qu’un seul département alors que les 12 autres vont aussi voter. En l’occurrence j’ai toujours pensé que : soit on considère que la particularité linguistique, culturelle, historique doit figurer au nom de la région soit on veut l’effacer même à notre corps défendant. La votation a eu lieu et elle donne le résultat suivant : Occitanie 91598 – 44,9%. Languedoc Pyrénées 35310 – 17,91%. Pyrénées Méditerranée 31867 – 15,31%. Occitanie Pays Catalan 24784 – 12,15%. Languedoc 20434 – 10%.

Pour moi les choses sont claires, vu les résultats et la participation relativement faible, les élus ont légitimité pour décider en donnant une dimension consultative aux chiffres. En analysant bien les résultats, trois possibilités s’offrent : « Occitanie » seule, mais ce nom n’obtient pas la majorité des votants. « Occitanie-Languedoc » permettrait d’ajouter deux noms complets soumis à la consultation qui, ensemble, ont recueilli la majorité des voix. Toutefois « Occitanie-Languedoc » n’aurait que peu de sens culturellement (une sorte de redondance). Ne reste donc que « Occitanie – Pays Catalan », qui recueillent ensemble 57% et respecte à la fois le choix premier donc la volonté des votants et la logique culturelle, historique, géographique amenée par la présence de notre département  dans cette nouvelle région. Feu Georges Frèche l’avait appris à ses dépends. Je vous vois venir et vous entend déjà dire « ce type est partisan »et bien non, réfléchissez! En toute logique, il est impossible d’appeler notre région « Occitanie-Languedoc-Pyrénées », ou « Occitanie-Pyrénées-Méditerranée ». On ne peut pas plus prendre une seule partie de Languedoc Pyrénées ou de Pyrénées Méditerranée et l’associer à Occitanie, car on ne sait pas pour quelle partie du nom les gens ont voté. De même ces deux propositions sont minoritaires aucune ne dépassant les 18%. Quand à Languedoc il arrive bon dernier. Donc si on veut un nom majoritaire parmi ceux choisis par les votants et dont on soit sur qu’il ne sera ni tronqué, ni rejeté : il ne reste qu »Occitanie-Pays Catalan ».

Nicolas Garcia.