Jeudi premier juillet avait lieu l’élection de la présidente du Département après la victoire sans bavure des candidates et candidats de « Mon département en commun » – Majorité Départementale –  dimanche 27 juin. Si, sans surprise, Hermeline Malherbe a été élue à cette responsabilité avec au moins une voix en plus que prévu et deux abstentions, plus surprenant ou du moins plus inhabituel est l’élection d’un premier vice-président communiste. On se souvient que Nicole Gaspon avait été investie de cette responsabilité il y a deux décennies. Comme il y a 6 ans, le PCF démarre cette mandature qui en durera sept avec trois vice-présidents (Françoise Fiter, Rémi Lacapère et moi-même) . Nous avons convaincu nos 15 autres collègues de la nouvelle majorité départementale d’accepter cette proposition à fin de marquer le début de ce mandat du sceau du progressisme et de l’écologie. Hermeline Malherbe dans son discours d’investiture n’a pas fait autre chose puisque  elle a essentiellement évoqué les propositions les plus à gauche de notre projet :  syndicat de production d’eau potable et aqueduc Vinça – Villeneuve, démocratie participative, RER Catalan, réseau public de Très Haut Débit, soutien et création de centre de santé municipaux ou cantonaux… nombre de propositions élaborées et portées par le groupe communiste. Jeudi dernier j’ai donc été  élu à cette première vice-présidence sur une liste comprenant neuf autres vice-présidences (5 femmes et 5 hommes) en tout. Je suis fier et très honoré de cette responsabilité. Je remercie tous mes collègues élus et en premier lieu les quatre de mon groupe, sans oublier la présidente pour cette confiance. En désignant un communiste à ce poste, aux côtés de deux autres vice-présidents , la majorité départementale affiche son engagement dans le camp du progrès et de l’écologie. C’est d’autant plus important que nous sortons d’une confrontation électorale où extrême droite et droite ont montré leur vrai visage. Il était judicieux que la majorité départementale et sa présidente montrent le leur en même temps que leur sensibilité sociale, leur diversité et leur pluralité.

Certaines ou certains, ont voulu minimiser la portée de cet affichage politique, mettant en avant le caractère éphémère de la décision ou passant rapidement sur les 10 vice-présidences  et donc forcément la première, ce n’est pas un bon calcul.  Ni tournant, ni a mi-temps, j’ai été élu pour sept ans  et j’entends garder cette responsabilité durant la durée du mandat que je déciderai de me fixer avec mes camarades. J’espère être à la hauteur de la tâche. Merci aux électrices et électeurs de mon canton et de ma ville, c’est d’abord à elles et eux que je dois cette première vice – présidence.

Nicolas Garcia.