Oui, si on en croit ce que vient d’écrire la CGT locale dans un tract distribué dans la commune d’Elne.

Ainsi il semblerait et nous en avons nous aussi témoignage qu’après une dizaine d’agents déjà victimes depuis avril 2014, une nouvelle décision autoritaire vient d’être prise. Elle concerne le non renouvellement du Contrat à Durée Déterminée d’une agent en poste depuis plusieurs années. Celle-ci a été « convoquée » pour s’entendre dire par l’élu en charge du personnel (en présence du maire) que son contrat de concierge ne serait pas renouvelé. Notons que dans la même semaine, un emploi de concierge à 35h a été créé dans la liste des effectifs municipaux.
Il ne lui a été fait aucun reproche sur la qualité de son travail, ni sur sa manière de servir. Simplement, quelques jours auparavant, l’agent, qui par ailleurs est porte drapeaux des anciens combattants de la Résistance (ça ne s’invente pas!), avait «osé» revendiquer une application de la loi dans l’organisation de son travail. En effet, accompagnée du délégué CGT du personnel, elle a demandé que cessent pour elle les plannings à 50 h semaine ou les amplitudes de journées allant 6h du matin à 22h certaines semaines. Il faut dire aussi qu’elle avait été recrutée durant le mandat précédent, ce qui pour des élus actuels est une tache indélébile dont même certains saisonniers ont eu à faire les frais. Comme concierge, cet agent bénéficie d’un logement de fonction, qu’elle va bien sûr perdre si le maire ne recule pas. Faut-il rajouter que cette maman, élève seule une enfant handicapée à 80%, que beaucoup connaissent dans le village. Sa fille nécessite des soins particuliers, et du temps nécessaire pour cela.
Ce sont donc une salariée compétente et une jeune adulte autiste qui seront à la rue en septembre, sans emploi et peut être sans toit.
Une décision très lourde de conséquences humaines donc! Pourtant l’autorité municipale ne semble pas s’en émouvoir outre mesure et aurait même poussé le cynisme jusqu’à faire observer à l’agent « sanctionnée » « le courage qu’il leur fallait pour prendre cette décision dans sa situation ».
Pour la CGT, mais nous partageons ce constat, cette décision s’ajoute à beaucoup d’autres depuis 2 ans. L’impact de ce qui s’apparente à « une chasse aux sorcières » se mesure dans une enquête réalisée par le Syndicat CGT des agents territoriaux d’Elne sur la santé au travail (présentée publiquement au mois de mai). Cette dernière indique par exemple que 25% des agents souffrent de stress avec risques d’aggravation de leur situation. Quelques autres éléments de l’enquête témoignent d’une vraie souffrance au travail. Sans oublier (non respect des amplitudes et horaires de travail, les brimades sur la prise de congés, le non respect du dialogue social. Le comité d’Hygiène et de sécurité par exemple, ne s’est réuni qu’une seule fois en deux ans. Tout cela a pour conséquence une dégradation du service public dont chaque illibérien se rend compte.  Ce constat est corroboré par l’augmentation des accidents de travail, le nombre d’agents en dépression ou proche de cet état, et par une ambiance générale de tension et mal être. Sans compter celles et ceux qui ont été « poussés » vers la sortie.
La CGT s’interroge sur les raisons qui poussent l’actuelle municipalité à cette stratégie « destructrice ». Pour le groupe d’opposition, outre l’autoritarisme naturel de certains élus de droite, c’est la chasse aux sorcières et la volonté de privatiser des services publics municipaux (comme cela a déjà été notamment le cas avec les pompes funèbre) qui motive cette attitude.

Nicolas Garcia.