Le rosier « Résurrection » a été créé par Michel Kriloff pour l’Amicale des Anciennes déportées de Ravensbrück à l’occasion du 30éme anniversaire de la libération de ce camp de femmes, situé à 80 kms de Berlin, il fut le principal camp de concentration, 132 000 femmes et enfants y furent déportés, 90 000 y moururent.

Près de 10 000 Françaises y furent déportées, la rose <<Résurrection>> hommage à ces femmes et enfants déportés, est un symbole fort.

Elle change de couleur, elle nait bouton rouge, puis s’entrouvre et libère de pâles touches roses et or.

Marcelle Dudach Roset déportée explique dans un poème la signification de cet hommage

« je suis Résurrection

Et tout au long des ans

Tout au long des saisons

Je resterai le témoin de vie

Qui protègera de la barbarie

Tous les enfants du monde

Même lorsque je serai devenu églantine

Illuminant tous les chemins. »

Aujourd’hui le rosier devrait pousser à côté de tous les monuments qui rendent hommage aux martyres de la déportation. J’ai eu la grande chance, il y a quelques années, j’ai eu la chance de me voir offrir l’un de ces rosiers par Madame Juliette Bes, « La jeune fille qui a dit non », déportée à Ravensbrück. Aujourd’hui ils sont en bouton.

Nicolas Garcia.