Nous étions un bon millier hier dans les rues de Perpignan aux côtés de la CGT et d’autres syndicats et partis comme le PCF. En activité, retraités, sans emploi, précaires, hospitaliers, cheminots, fonctionnaires, salariés du privé, intérimaires, intermittents, ouvriers du spectacle sans statut, bref toutes celles et ceux qui font la richesse de notre pays, de notre département et en même temps laissés pour compte du système et des plans gouvernementaux qui consacrent des dizaines et des dizaines de milliards à ceux qui ont déjà beaucoup et des miettes à ceux qui triment en première ligne ou qui ne peuvent plus trimer.