Quand le président des USA et le Fonds Monétaire International propose de taxer les riches où les entreprises multinationales à l’échelle de la planète, tous les ténors de droite ou sociaux démocrates s’extasient sur la bonne idée. Alors que quand le PCF le propose depuis des années nous passions au mieux pour des doux rêveurs au pire pour des irresponsables ou des fous. Il faut donc croire que Jo biden et le FMI sont plus forts que les communistes pour faire passer des idées progressistes. Le premier propose de taxer, certes avec un seuil minimal, les plus grandes sociétés multinationales du monde. Le taux serait de 12,5% minimum voire 21 %, c’est à dire plus que ce qu’avait proposé l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques)  pourtant beaucoup plus progressiste que le FMI. Si un accord était trouvé cela permettrait aux États d’encaisser chaque année une centaine de milliards d’€ pour compenser le financement de la crise sanitaire, tout en freinant la délocalisation des profits dans les paradis fiscaux. Le Fond Monétaire International, face aux difficultés des États qui voient leurs caisses se vider, a livré sa recette anti-crise : augmenter les impôts des plus riches et des entreprises qui ont fait de substantiels bénéfices pendant la pandémie, afin de soutenir les plus vulnérables. En effet d’après le magazine Forbes*, les riches n’ont jamais été aussi riches et le nombre de milliardaires a progressé singulièrement depuis la crise sanitaire du COVID19.  En fait les bourses flambent et « la pandémie a accru les inégalités et les pauvres sont toujours plus pauvres » a déclaré Paulo Mauro, un des responsables des affaires budgétaires du FMI.

* Le classement Forbes 2021 des milliardaires indique : l’incroyable année de tous les records pour Jeff Bezos, Elon Musk, Bernard Arnault qui a eux trois cumulent plus de 500 milliards de $ (c’est à dire bien plus que le budget annuel de la France). Les 20 personnes les plus riches du monde cumulent une fortune globale de 1747 milliards de $ (presque autant que PIB français) soit une hausse vertigineuse de 62% par an. Le patron d’Amazon (Jeff Bezos) à lui seul a vu sa fortune croître de 35%.

Alors oui à la taxation mondiale! Oui à la fin des paradis fiscaux!

Nicolas Garcia.