N’en déplaise aux mauvais coucheurs le ruban jaune, façon lacet, n’est pas le signe de ralliement des indépendantistes catalans mais celui qui permet d’exprimer son indignation et sa volonté de liberté pour les prisonniers politiques catalans en Espagne, de retour pour les exilés, de liberté d’action pour le parlement catalan. Depuis longtemps (septembre 2017) le Département des Pyrénées Orientales à pris position sur la situation en catalogne, aujourd’hui il l’affiche sur sa façade et c’est une bonne chose d’autant que la banderole qui accompagne les rubans jaunes prône « le respect de la liberté et des droits fondamentaux » et comme il n’est pas précisé « en Catalogne », on peut facilement imaginer que c’est partout et c’est tant mieux. Couplé à l’appel à se joindre samedi 21 avril à 9h30 place Arago de Perpignan au rassemblement convoqué par le Comitè de Solidaritat Catalana, cet affichage sur la façade de l’Hôtel du Département à deux pas de la Préfecture, témoigne de l’engagement sans faille de l’institution catalane du nord.

Nicolas Garcia.