Vous trouverez ci-dessous entre guillemets un article avec photos que j’ai publié sur mon blog en 2016. Par ailleurs, je suis le seul à avoir rendu publics les rapports des bureaux d’études sur le fameux lotissement prétendument pollué au point de le fermer et j’annonce ici que si nous sommes élus nous le relancerons, ne serait-ce que pour récupérer quelques centaines de milliers d’€ pour la commune sans danger pour les acquéreurs bien évidemment. J’ai aussi fourni ces rapports aux familles qui s’étaient portées acquéreuses des terrains alors que la mairie ne l’a pas fait, je précise que les cinq seuls permis de construire qui ont été signés, l’ont été par le maire actuel. Je rappelle aussi qu’aucune institution, aucun préfet n’a demandé l’arrêt du lotissement, c’est une décision unilatérale municipale et qu’enfin une famille a finalement décider d’ester en justice et qu’elle  a été confortée par le tribunal dans sa revendication de pouvoir vivre dans sa maison sur place. L’épouse du couple Christelle est candidate sur la liste « Elne comm’une idée neuve » que je conduis aux municipales. Par ailleurs que n’a-t-on pas entendu sur les finances de la ville sans aucune preuve fournie sauf une vague circulaire du préfet, envoyée à plus de 100 communes du département à l’époque où la mode, lancée par les marchés financiers, était à noter les communes comme les États avec des triples A. Il faut savoir que si une commune est au bord de la faillite, l’asphyxie ou la tutelle cela déclenche automatiquement l’intervention de la cour régionale des comptes. Or celle – ci n’est pas intervenue à Elne depuis au moins 1989.  Je publie sur cette page, une photocopie de la lettre que m’a envoyé la DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques) organisme qui contrôle les communes. Elle date du mis de mars de l’année dernière, lisez bien ce qui dit son directeur. Là aussi, comme pour le lotissement, la supercherie est démasquée.

Nicolas Garcia

Article posté sur mon blog en 2016 concernant le lotissement écolo soi-disant pollué et arrêté par la municipalité.

« Le nouveau maire l’a fait voté à l’unanimité par sa majorité au dernier conseil municipal : le lotissement « Les Portes d’Illibéris » (l’éco-quartier) est arrêté. Des projets de vie stoppés, des espoirs brisés et surtout au final plus d’un million et demi d’€ perdus pour la commune. Et si cette pseudo pollution n’était qu’une énorme escroquerie intellectuelle de la municipalité actuelle, plus obnubilée par la volonté de nuire à celle qui l’a précédée que par l’intérêt des populations. Si je publie cet article et les documents qui vont avec, ce n’est pas dans un soucis de polémique, ni pour me défendre, mais dans l’intérêt de la commune, des usagers déjà acquéreurs de terrains et les autres pour lequel le rêve s’est brisé. Enfin  aussi pour rassurer les voisins qui ont fait construire et qui pourraient légitimement être inquiets pour leur propre terrain et santé. Les documents en notre possession (études commandées par la mairie) prouvent que la pollution et surtout les risques qui lui sont liés ne justifient pas obligatoirement d’arrêter le lotissement. Ce ne sera sûrement pas le seul, mais ce sera probablement le plus gros scandale de cette mandature. Résumons brièvement : l’actuelle municipalité a fait faire une étude au début de l’année dernière sur le terrain de l’éco-lotissement suite à la découverte d’un pneu par une famille qui réalisait les fondations de sa future maison (précisons que les 4 uniques ventes de ce lotissement ont été signées par l’actuel maire). Sur la base de cette étude l’actuel maire a affolé les familles en prétextant la présence d’arsenic et en exagérant les risques sanitaires. La direction régionale de l’environnement, l’aménagement et du logement (DREAL), sollicitée par la municipalité elle-même, pour analyser le rapport précédent fait par le bureau d’étude Ginger, a été formelle : les sols étaient peu ou pas pollués. j’ai publié ce rapport de la DREAL sur mon blog, il y a quelques semaines. Celui-ci proposait en outre à la municipalité une liste de bureaux d’études spécialistes des sols car la DREAL, qui comme tous les organismes publics, a pourtant tendance à « se couvrir » jugeait Ginger incompétent à réaliser correctement ce genre d’analyse de sol. La commune a donc fait appel à un bureau d’étude (HPC-ENVIROTEC) spécialiste des études de sol pour analyser les données recueillies par Ginger, il y a plus d’un an. Ce rapport a été rendu le 4 avril dernier à la mairie. Les convocations pour le Conseil municipal de mi-avril, traitant du sujet, sont parties le 5 avril donc il y avait le temps matériel d’envoyer à tous les élus ce rapport. Le maire n’a donc pas donné, comme l’exige la loi, tous les éléments du dossier aux élus de l’opposition. Cette seule raison pourrait faire annuler la délibération abandonnant le lotissement écoresponsable. Toutefois, ce qui nous a le plus étonné c’est que dans les débats, le maire ne faisait aucune référence à ce dernier rapport. Et pour cause! Nous, membres de l’opposition, nous sommes procurés ce rapport et l’avons fait analyser par des spécialistes, nous faisons le choix de le publier in extenso dans les pièces jointes de cet article. Vous pourrez à votre tour le télécharger et l’étudier et vous vous rendrez compte du mensonge municipal énorme et irresponsable. Ce document de HPC-ENVIROTEC explique par exemple que les analyses faites à deux mètres de profondeur faussent les résultats, sont inutiles. En effet, Ginger aurait dû se contenter d’analyses sur les 50 centimètres superficiels, seule épaisseur vraiment en contact possible avec les personnes. De même il parle de « bruit de fond » normal, dans le cas d’espèce le terme « bruit de fond » indique les analyses moyennes dans les terrains du département qui ont la même histoire économique que celui là. Enfin le rapport d’expertise précise à la dernière ligne de la page 9 : « Ainsi, par exemple, l’arsenic ne doit, en l’état des données disponibles, pas être retenu. ». Ce rapport d’expertise pourtant demandé par la municipalité indique aussi que la majorité des éléments retenus sont « majorants » c’est à dire qu’ils exagèrent la gravité réelle. Enfin vous remarquerez que, page après page, dans la colonne de droite du document où il est marqué « avis », pas une fois HPC ne donne un avis positif sur l’étude de Ginger que l’actuel maire s’entête à reconnaître. Ainsi, vous pourrez vous même lire de vos propres yeux que chaque point suscite un commentaire soit : « problème de validité », soit un « problème de lisibilité ». Pas un seul point ne recueille un avis complaisant du bureau spécialiste, dans ces conditions, le lotissement pouvait se faire avec quelques restrictions. Des sommes importants sont proposées à certaines des 4 familles propriétaires mais la plupart d’entre elles risquent d’ester malgré tout en justice. Elles peuvent déjà faire casser la délibération en question, puisque tous les élus n’ont pas eu les documents à temps et peuvent au vu des rapports de la DREAL et de HPC obtenir le droit de conserver leur projet et parfois leur maison. Je rappelle que sûr ce sujet comme sur celui des finances, je réclame depuis deux ans un débat public avec le nouveau maire animé par une personne choisi en commun.

Nicolas Garcia. »