Le festival a été créé en 2006, nous célébrons donc cette année le 10ème anniversaire de sa création, même si c’est la 11ème fois que se produisent, au beau milieu de l’été, les meilleures et les meilleurs pianistes en la belle Cathédrale d’Elna. Elne-Piano-Fortissimo est sans doute le plus beau, le plus large et le plus international des festivals de Piano des Pyrénées Orientales. Le programme concocté cette année encore par Michel Peus et son équipe de passionnés bénévoles devrait régaler le public. Né sous la double égide de l’équipe municipale que je dirigeais, du couple Nicole et Michel Peus sans oublier cette équipe dont je viens de parler, ELNE Pianissimo Fortissimo bat son plein depuis ce vendredi 22 juillet avec deux concerts en guise d’ouverture.

D’abord c’est à quatre mains que la ravissante Emilie Carcy et Matthieu Millischer ont attaqué un peu difficilement, il faut bien le dire, par « Eolides » de Cézar Franck, l’hommage à Erick Satie, compositeur français né à Honfleur en 1826 et décédé à Arcueil en 1925. Le couple de musiciens, formée pour la circonstance, se rattrapera aussitôt avec « La belle excentrique » une œuvre de Satie composée de trois danses entrecoupées d’une ritournelle. L’Ibérie permettra aux pianistes de finir vraiment en beauté et en rytme avec « España » d’Emmanuel Chabrier et une touche de Ravel, tout aussi ibérique.

Le deuxième concert proposé par le sympathique, « pédago » et talentueux Philippe Cassard. Après un départ un tantinet laborieux, le pianiste, transcendé par Brahms et surtout par Felix Mendelson ou Schubert, dont il est un grand spécialiste, finira par réveiller et emporter un public, venu nombreux en la cathédrale d’Elna.

Le festival se poursuit ce samedi 23 à 18H00 avec une conférence concert de Michèle Tosi, entourée de jeunes talents et d’une soprano, sur l’œuvre du compositeur Enrique Granados très lié à la catalogne, puis à 21 H, toujours en la cathédrale d’Elna, Hortense Cartier-Bresson se produira, pour la première fois dans le département. Bach, Fauré, Mendelson et Brahms seront à l’honneur sous les doigts de la virtuose. « Un diamant pianistique » précise la communication du festival que l’on veut bien croire tant il nous a si bien habitué…

Nicolas Garcia.