Quel est l’enjeu de cette élection législative : écraser ceux que l’on souhaite avoir comme partenaires ou battre l’adversaire? C’est rallier, au nom d’une volonté populaire décrétée, tout le camp progressiste et écologiste derrière le panache blanc de l’homme providentiel, en prétextant le résultat obtenu au cours d’une seule élection (la présidentielle), dont tout le monde reconnaît l’influence qu’elle a sur les comportements électoraux, notamment en matière de vote utile? Ou bien cherche-t-on l’efficacité, c’est à dire qu’au soir du deuxième tour, il y ait un maximum de députés de gauche pour imposer à Emmanuel Macron une cohabitation? Je ne crois pas que la citoyenneté française, dont la maturité et la pratique démocratique est ancienne soit prête à nier le pluralisme à gauche comme à droite, c’est historique et c’est culturel. C’est d’ailleurs pour cela qu’un régime parlementaire assis sur une élection à la proportionnelle intégrale conviendrait beaucoup mieux à notre pays et lui permettrait de se relancer. le Front Populaire, la Résistance, le programme du Conseil National de la Résistance, les grandes réformes d’après guerre qui marquent encore la société française (sécu, retraite, pluralisme de la presse, services publics…), l’ont été dans une France, sans président de la République, une France dirigée par l’Assemblée Nationale, une France où le pluralisme surtout à gauche a été un moteur plus qu’un frein. Et aujourd’hui un simple résultat à la présidentielle remettrait tout cela en cause? je ne crois pas. Sur la 4ème circonscription de notre département, celle qui va de Cerbère à Prats de Mollo en intégrant Thuir, je soutiens sans état d’âme et sans retenue la candidature d’Alexandre Reynal et de Jacques Fajula, mon premier adjoint en mairie d’Elne. Si ce soutien à un caractère affectif surtout pour Jacques, ami de longue date que j’ai toujours eu à mes côtés, il est par dessus tout politique et stratégique, ce sont les deux seuls candidats de gauche capables d’arriver à se faire élire au deuxième tour face à toutes les droites modérées et extrêmes. Dans cette circonscription que je connais bien pour l’avoir parcouru des dizaines, voir des centaines de fois, durant trois campagnes électorales et le reste du temps, ils peuvent rassembler largement au premier comme au second tour et donner à ce département un député de gauche qui ensuite s’opposera à Emmanuel Macron et défendra ce territoire. La discipline voudrait, en dehors de toute autre considération, que les communistes et plus largement l’électorat de gauche et écologiste se rangent derrière « le candidat officiel » d’une gauche qui s’est ralliée sans condition à Jean Luc Mélenchon, l’efficacité et l’expérience me font penser autrement. Personnellement je crois que c’est une erreur et que l’on peut et même que l’on doit désobéir à un accord quand localement il conduit à l’échec. Sur cette 4ème circonscription, si l’on veut un député de gauche qui ensuite contribue à infliger à l’actuel président de la République une cohabitation, le vote utile du premier tour, qui permettra de gagner au second, est celui en faveur de Reynal – Fajula. C’est ce que je ferai avec conviction pour ces élections législatives, en demandant à mes proches, mes amis, celles et ceux qui ont voté pour moi aux précédentes élections législatives, cantonales etc… de soutenir comme moi par leur vote dès le premier tour cette candidature.
Nicolas Garcia