Ensemble, pour un monde nouveau !

Dimanche 24 juillet, clôture du festival Elne-Piano-Fortissimo en beauté mais en tension.

Le festival international illibérien de piano a sûrement atteint des sommets avec le récital d’avant diner, offert par le prodige de 19 ans Alexandre Kantorow. « Un extraterrestre! » dira de lui un passionné un tantinet excessif parce que subjugué par la performance de l’artiste. Merci au Festival Radio France, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées « Concerts en Région » de nous proposer de tels concerts. Kantorow se régale, il fait revivre sous ses doigts les œuvres des compositeurs, musiciens, chefs d’orchestres  russes Tchaïkovski, Rachmaninov, Stravinsky… et montre à l’occasion qu’il est aussi capable de créer. Bref du grand art, parmi ce que l’on a vu de mieux en onze éditions comme El Bacha etc. Revera-t-on Alexandre Kantorow en la cathédrale d’Elna ou même un autre pianiste de grand talent comme nous y étions habitués depuis 2006. Rien n’est moins sûr, tant on sent les tensions entre la direction artistique et la commune. Cette tension, sous-jacente durant tout le festival, s’est aussi révélée durant les discours de clôture en ce dimanche 24 juillet, le directeur artistique Michel Peus ne disant pas un mot sur la mairie et le maire pas un mot sur la continuation du festival. Bref ce 10ème anniversaire de Piano-Fortissimo pourrait bien être le dernier à Elne, même s’il faut tout faire pour que cela n’arrive pas.

Pour en revenir à la musique, après l’ébouriffante prestation du jeune Kantorow à 18H00 c’est Nicolas Stavy, qui a offert au public fourni un final épatant. Avec cet interprète éminemment attachant, déjà venu au festival et qui a souhaité revenir, c’est dire son intérêt pour la manifestation. Nicolas Stavy a su imposer sa belle maturité, son interprétation sensible et inventive dans un programme Liszt, César Franck, Bach/Brahms (une Chaconne pour la main gauche follement virtuose), et, en conclusion, la sonate opus 111 de Beethoven. Avec lui Beethoven prenait des couleurs aussi inattendues que séduisantes.

Nicolas Garcia.

2 Comments

  1. ZORRO

    Je ne te croyais pas aussi mélomane! Je te verrais plutôt guitare et castagnettes! Cela prouve que tu n’écris pas toi même tes infos.

    • admin

      Et moi je ne te savais pas aussi nul et bête. Aussi caricatural que ça et raciste au fond car cela fait plusieurs fois que tu montres des signes d’exclusion de mon hispanité et de ma catalanité. Mais je te rappelle au passage que ma famille et moi même sommes français par choix. Toi je suis pas sûr que tu ais fais ce choix si tu avais eu à le faire. Alors oui j’aime la guitare, le flamenco, las palmas, Lluis Llach et l’agram. Mais j’ai soutenu à fond le festival de musique sacré en Catalogne et suis avec Le couple Nicole et Michel Peus et quelques autres comme Odette Traby à l’origine du festival de piano. Sache aussi que personne n’écrit mes articles ni mes discours et que quand je diffuse des articles écrits par d’autres je conserve leur signature, comme c’est le cas pour Annie Pezin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *