Comme depuis quelques années ce dimanche 19 mai était organisé « el dia de la memoria » à savoir la commémoration du massacre de la population d’Elne en 1285 par Philippe III le Hardi, roi de France. Le fils de Louis IX allié à Jacques II de Majorque, pour punir Elne de sa fidélité à Pierre III d’Aragon – Comte de Barcelone et frère de Jacques, enferma sa population dans la Cathédrale puis incendia l’ensemble (comme en témoigne encore le marbre éclaté du portail ouest). Le cardinal Cholet, légat du pape, exhorta les croisés (troupe du Hardi) à n’épargner personne dans la capitale du Roussillon, « vu que les ennemis étaient des excommuniés et des ennemis de la Sainte Église ». Le 25 mai 1285, on tue donc tout le monde, y compris les femmes et les enfants. La ville est mise à sac, puis rasée. Un Oradour sur Glane avant l’heure. Quelques dizaines de catalans du sud amenées par l’IPECC – Institut de projecció exterior de la cultura catalana – répondent chaque année à l’invitation de Danièle Grau (illibérienne bien connue). Il existe dans les jardins du Cloître une stèle qui commémore le massacre et depuis 2009 (j’étais alors maire d’Elne) une rue du 25 mai 1285 se trouve dans le lotissement « Les Closes ».

Nicolas Garcia.