Divers hommages ont été rendus à Christian Bourquin, disparu à la fin du mois d’aout 2014. Celui qui présida aux affaires du Département et de la région Languedoc-Roussillon, fut maire de Millas, Sénateur, Député, a incontestablement marqué son territoire et la vie politique d’ici.

Le premier d’entre eux s’est déroulé, au rez-de-chaussée de l’Hôtel du Département. Hermeline Malherbe, qui lui succéda au « perchoir » de l’Assemblée Départemental et au Sénat, a évoqué, brièvement mais avec force, la mémoire de Christian Bourquin. Et plutôt que de ressasser le parcours de son prédécesseur, fort bien connu par l’assistance réunie en cette matinée du vendredi 26 aout dès 9H30 quai Sadi-Carnot de Perpignan, la présidente a choisi d’aborder deux sujets d’actualité sur lesquels Christian Bourquin aurait pris position et agit :

  • Le nom de la région bien sûr, le « père » de « l’accent catalan de la République Française » aurait imposé « Pays Catalan » cela ne fait de doute pour personne, qu’il ait été président ou non.
  • Le deuxième sujet, lié aux arrêtés pris actuellement par certains maires, est le replis sur soi face à un problème qui touche la république et la laïcité. « Christian aurait traité la question en républicain qu’il était! » affirmait Hermeline Malherbe. C’est à dire sans concession mais sans étroitesse et sans stigmatisation d’une partie de nos concitoyens qui respectent l’idéal Républicain et rejettent comme une très grande majorité de français les fanatismes religieux, les intégrismes, qui ont en commun l’intolérance et la barbarie notamment à l’égard des femmes.

Les hommages à Christian Bourquin se sont poursuivis toute la journée à l’Hôtel de Région à Montpellier, en début d’après-midi, et à Força Real au terme d’une marche d’une heure dans l’intimité familiale, militante et amicale (sans la presse).

Nicolas Garcia.