L’article diffusé dans l’Indépendant de ce jeudi 3 janvier en rubrique Elne est paru incomplet. Il n’y figure pas la marche à suivre pour refuser le compteur, à lire ci dessous. Beaucoup de foyers illibériens reçoivent de la part d’Enedis (anciennement ERDF), mails, SMS et autres courriers leur annonçant, comme inéluctable, la pose d’un compteur électrique Linky. Précédé d’une mauvaise et justifiée réputation, ce compteur est rejeté par une majorité des personnes contactées. Au nom du principe de précaution, il est aussi refusé par de nombreux pays comme le Portugal, Luxembourg, Allemagne, mais aussi certains états Américains. Contrairement à ce que prétend souvent Enedis, il n’y a aucune obligation pour les usagers d’accepter. Enedis n’a aucun moyen de vous y obliger à fortiori si le compteur est enfermé chez vous (propriété inviolable). En résumé, vous ne devez laisser entrer personne dans votre domicile pour poser ce compteur. Vous devez aussi immédiatement « barricader » solidement votre coffret extérieur qui parfois abrite votre compteur. En plus des cadenas, vous y collez une affiche dessus indiquant que vous refusez le compteur Linky (voir photo). Vous pouvez y ajouter « Ceci est une propriété privée » car le coffret qui abrite le compteur et  votre mur de clôture, sont également votre propriété privée. Ensuite envoyez deux lettres recommandées : à Enedis (ex ERDF) 92079 PARIS LA DEFENSE Cedex et à Enedis – Narbonne. Copie de ce courrier doit être remis au maire contre un simple accusé de réception établi à l’accueil de la mairie, celle-ci est propriétaire des installations électriques sur la commune et ne peut rester neutre. Sur ce courrier (le même pour les trois), il faut écrire tout simplement : « Comme j’en ai parfaitement le droit, je refuse le compteur Linky ». Nous préparons une nouvelle réunion publique à Elne dans les prochains jours.

Nicolas Garcia.

Des centaines d’habitantes et habitants du département ont posé ce genre de papiers sur leurs compteurs électriques pour certains ils les ont solidement entravé ou « cadenacé.