Exclusion sociale, civile, médicale et inclusion culturelle, tel était le thème de la journée d’échange organisée vendredi 25 mars au Palais des Rois de Majorque, propriété du Département des Pyrénées Orientales : un projet transfrontalier, financé par l’Interreg – Poctefa (fonds européens transpyrénéens) intitulé « inclusion et accessibilité culturelle«  . Vendredi 25 mars comme Premier Vice Président du Département, au nom de la présidente Hermeline Malherbe, empêchée,  accompagné de mes collègues Françoise Fiter vice présidente en charge des personnes âgées et du handicap ainsi que de Charles Chivilo conseiller départemental chargé de la culture, nous avons souhaité la bienvenue aux nombreux participant.e.s et ouvert cette journée d’échanges organisée par le Département66, l’association « culture du cœur » et nos amis catalans du sud représentés par Alfons Quera le nouveau directeur de la Casa de la Generalitat de Catalunya à Perpignan. Dans mon intervention liminaire, j’ai rappelé que si nous étions septique sur l’Europe du fric et des privilégiés nous aimions celle de la vraie vie, des échanges entre les vrais gens, les citoyens, sur des thèmes de l’existence quotidienne comme l’exclusion et l’accès à la culture « Quand on est exclu à cause de sa situation sociale, de son lieu d’habitation, de son handicap… on doit être prioritaire dans l’accès au beau! ». J’ai voulu aussi souligner combien ce genre de projet donnaient encire plus de crédibilité à « l’espace catalan transfrontalier » que nous sommes entrain de finaliser avec nos frères du sud. A noter que parmi les participants à l’une des tables rondes était présent Serge Regourd, président de la commission Culture et audiovisuel du Conseil régional de la Région Languedoc Roussillon, animateur du Fonds d’aide à la création audiovisuelle et cinématographique, il a également été président du Centre régional des lettres (CRL). Ce professeur émérite, parfois affectueusement surnommé « professeur-citoyen » a cité Antonio Gramsci, philosophe, écrivain communiste italien « les batailles politiques sont des batailles culturelles »

Nicolas Garcia.