Extrait d’un interview d’Hadrien Mathoux, journaliste politique à Marianne.

« Tout dépend de ce que l’on place derrière ce terme évocateur mais très vague de «gauche». S’il s’agit de désigner l’opposition aux ravages commis par le capitalisme néolibéral, et la nécessité de bâtir une société plus juste en s’appuyant sur la solidarité et les services publics pour permettre l’émancipation, alors la gauche, qui a joué un rôle historique pour ces combats à travers le mouvement ouvrier et républicain, me semble disposer de perspectives intéressantes, comme l’a montré le fort soutien aux Gilets jaunes à leur avènement. Quoi qu’on en dise, la question sociale ne s’est pas évaporée au profit des débats culturels et identitaires, en France comme ailleurs.

Si, à l’inverse, on entend par «gauche» une disposition d’esprit moralisatrice qui défendrait en toutes circonstances le politiquement correct, le relativisme culturel, la haine de l’idée de nation, le sectarisme intellectuel, en somme le mépris larvé des classes populaires et de leurs désirs, alors effectivement, ce courant ne semble pas avoir un grand avenir. « 

A méditer!

Nicolas Garcia.