Après deux semaines de vacances je reprends doucement les activités du blog. Malheureusement c’est par une pénible annonce que je dois démarrer : le décès d’Odette Traby au delà du contenu du texte ci-dessous, je veux ajouter que j’ai été fier du soutien d’Odette dont j’ai bénéficié depuis plus de 30 ans, de son implication comme adjointe dans ma première mandature de maire de 2001 à 2008. Elle a contribué à me faire découvrir et enrichir ma culture dans bien des domaines comme la peinture, la musique Baroque et classique, la poésie. Elle m’a donné le goût, la curiosité culturelle et j’ai appris d’elle que l’on pouvait aimer quelqu’un sans tout lui concéder. Vraiment sa disparition m’a plongé dans une grande tristesse, notre commune perd une de ses amoureuses en même temps qu’une de ses plus importantes figures.

« Odette Traby a cessé de vivre, faisant face à la maladie comme elle a toujours été : droite et entière.
Authentique et attachante « cabocharde », comme à son habitude, elle a souhaité tout maitriser jusqu’à ses derniers instants, partir sans esbroufe, ne souhaitant ni déranger ni être dérangée pour ses adieux.
Entre coups de gueule et coups de cœur, elle aura vécu libre, entière et engagée. A l’image du club de basket où elle avait joué et entrainé au sein d’une amicale laïque Illibérienne qu’avec d’autres ils avaient créée il y a plus de 50 ans, notre défunte amie a été à l’origine ou au soutien de nombreuses associations et projets culturels dans les arts, la poésie, la peinture, la musique, le patrimoine architectural et culturel. Odette suscitait bien des sentiments mais jamais l’indifférence de celles et ceux l’ont croisée. Ses engagements politiques ainsi que syndicaux dans son métier d’enseignante étaient aussi à son image : libre, passionnée, généreuse, progressiste, tournée vers les autres.
Élue en charge de la culture durant de nombreux mandats au sein des municipalités Narcisse Planas et Nicolas Garcia, ELNE lui doit, entre autres, la création et l’enrichissement du musée Terrus. Notre ville gardera le meilleure souvenir d’une femme dans toute sa splendeur, une forte personnalité un rien féministe, un peu anar, un zeste coco, un soupçon écolo, qui a initiée au beau des générations d’illibériens de tous âges et de toutes conditions, les rendant un peu plus curieux, et enrichissant la ville d’un indéniable apport culturel.

Une belle personne s’est effacée, elle mérite de reposer en paix.
Que germent les nombreuses graines qu’elle aura semées! »

image