Vendredi 23 septembre lancement de l’office public de la langue et de la culture catalane.

La création de l’office public de la langue et de la culture catalane correspond à une promesse faite par la gauche rassemblée au second tour de l’élection régionale derrière Carole Delga, elle était incontournable et indispensable. Son lancement demain vendredi 23 septembre à l’Université de Perpignan ne saurait toutefois compenser le fait que la région ne doit pas s’appeler « Occitanie« , mais « Occitanie-Pays Catalan« . La précipitation de cette réunion, due à la mobilisation des catalanes et catalans de cœur, de naissance ou d’adoption pour le nom, est une bonne chose mais elle n’est, ni le lot de consolation, ni la monnaie d’échange. Des offices publics existent déjà pour le Basque, l’occitan, le breton… L’affaire du refus d’associer Pays Catalan à Occitanie, a créé un climat délétère entre la présidence de la Région et le Pays Catalan (Population, mairies, Département…), mais la manière dont sera « montée » cet office peut changer les choses. On peut toutefois craindre le pire quand on voit comment c’est passé ce lancement, « mal trot ten la mula » comme on dit en Pays Catalan. Il semblerait que pour Carole Delga, la volonté soit de créer un office public régional de la langue et de la culture catalane, si on en croit l’annonce faite dans la presse locale et la façon dont la première réunion a été organisée. Pourtant cette volonté hégémonique n’a aucune raison d’être en ce qui concerne la langue et la culture catalane. Le catalan ne concernant directement qu’un seul département de la région (le notre), les politiques concernant la langue, la culture, la création, l’économie, la territorialité doivent être décidées et partagées avec les acteurs sociaux, économiques et citoyens du Pays Catalan, il ne peut en être autrement. Cet office ne doit pas être régional mais office public tout court avec présidence, financement, décisions, animation  partagés. D’ailleurs au vu de ce qui vient de se passer, il n’est pas sûr que les catalans acceptent quelque chose qui pourrait ressembler à une « soumission » à l’Occitanie. Comme au Pays Basque, où je suis allé 3 jours à la rencontre des acteurs de l’office public de la langue Basque, il faut un GIP (Groupement d’Intérêt Public), qui permet une intervention de la Region, de l’Etat, du Departement à parts égales. La question de la co-présidence, de la co-décision est une question préalable et son refus devrait être rédhibitoire.
De même, il faut peut être accepter que dans un premier temps l’office soit moins doté financièrement, pour que le Département puisse « suivre » et que l’Etat participe. Le fait d’être plus « riche » ne peut pour la région être nouvelle source d’hégémonie. Il faut un COPIL (comité de Pilotage) et un Conseil d’Administration, co présidés par la région, le Departement et l’Etat s’il le souhaite. A un autre niveau, avec une participation financiere différente le SYOCAT, la Communauté d’Agglo… peuvent être membres du bureau, puis à titre technique et scientifique, sans participation financiere, des grosses structures comme ARRELS, Omnium, Applec, Institut Franco Catalan…
Afin que l’action de l’office ne concerne pas que le « folklorique » (les communes et autres EPCI peuvent se charger de cette dimension), il convient que celui-ci ait une dimension scientifique et éducative portée par un conseil scientifique et pédagogique dans lequel pourraient participer (entre autres) des universitaires et notamment ceux l’IFCT (Institut Franco-Catalan Transfrontalier). Par ailleurs l’IFCT, lieu situé dans l’Université de Perpignan, dont la construction a été largement financée par le Conseil Départemental, serait lui-même un lieu et une structure idoines pour accueillir l’Office public pour la langue catalane. Il sera en en effet compliqué que le siège de l’office se retrouve à la maison de la région. Il pourrait à la limite trouver son siège à la maison de la catalanité du Département.
Nicolas Garcia.

Une réflexion au sujet de « Vendredi 23 septembre lancement de l’office public de la langue et de la culture catalane. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *