Simone Veil entre au Panthéon, en 2009, à Elne elle accepta de devenir « ambassadrice » de la Maternité!

Elle fut incontestablement une des personnalités préférées des français. Son histoire, si marquante du 20ème siècle : rescapée des camps de la mort alors qu’une partie de sa famille y fut exterminée; présidente d’une l’Europe où l’Allemagne était forte mais qui avait besoin d’une unité de façade; seule ministre femme dans les années 70 où le machisme en politique était encore plus fort qu’aujourd’hui; et puis la loi anti-avortement, contre vents et marées, avec l’aide des femmes députées de l’époque et notamment des communistes comme Gisèle Moreau. Pour contestables que soient les politiques qu’elle mena, qu’elle soutint ou auxquelles elle fut associée en France avec Giscard ou en Europe, sa place au Panthéon, aux côtés des Jean Moulin, André Malraux, Germaine Tillion, Geneviève De Gaulle, Marie Curie… n’est pas imméritée, d’autres femmes notamment, devraient l’y accompagner. Je veux ici rappeler que j’ai moi même, comme maire d’Elne, invité Simone Veil, présidente de la fondation pour la mémoire de la Shoah, à visiter la Maternité d’Elne. Elle accepta gentiment d’en devenir une des ambassadrices en France et dans le monde, la commune d’Elne en est honorée à jamais. Cela ne m’empêche pourtant pas de penser qu’avec l’entrée de Madame Veil au Panthéon, E Macron ne fait pas une mauvaise opération politicienne, car en même temps y entre aussi l’époux de Simone Veil, ce n’est pas le cas pour les autres qui repose en ce lieu prestigieux. Avec Antoine Veil, un grand patron de l’industrie, le capitalisme et la finance entrent aussi au Panthéon, un signe des temps qui en dit long sur l’esprit du Président…

Nicolas Garcia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *