Sénatoriales : en France le PCF disposera d’un groupe parlementaire, dans les PO la droite rafle les deux sièges.

Toute la journée de dimanche 24 septembre, au Palais des Congrès de Perpignan autour de 1200 élus se pressaient pour choisir les deux sénateurs des PO. Hermeline Malherbe sortante a été battue de 69 voix par Jean Sol (Les Républicains) alors que son camarade socialiste Jean Louis Chambon qui a obtenu 116 voix au premier, soit tout juste 10%, s’est maintenu au second tour conservant 77 voix qui auraient permis à sa présidente de Conseil Départemental (32% au premier tour) de retrouver son siège au sénat. Les 11 autres candidats se sont retirés entre les deux tours y compris les deux communistes qui ont recueilli près de 6,5% des voix au premier tour, un bon score compte tenu du contexte. Au final le département compte deux sénateurs de droite qui s’ajoutent à trois députés Macroniste donc de droite aussi et un FN. Cette situation n’est vraiment pas de bonne augure pour l’avenir. A noter qu’au plan national le groupe parlementaire CRC (Communiste – Républicain et Citoyen) demeure avec 13 élus et que l’esprit de responsabilités dont les candidats communistes ont fait preuve dans certains départements a contribué à ce que le groupe existe.  Ci dessous la déclaration officielle nationale du PCF.

Déclaration  du Parti communiste français.

« Cette élection a une valeur nationale. Avec 13 sénatrices, sénateurs élu-e-s sur les listes soutenues ou présentées par le PCF, le groupe CRC devient au Sénat le principal groupe d’opposition de gauche à la politique Macron. Ont été élu-e-s: Pierre Laurent, secrétaire national du PCF à Paris, Eliane Assassi, présidente du groupe CRC (Seine-Saint-Denis), Eric Bocquet (Nord), Dominique Watrin (Pas-de-Calais), Cécile Cukierman (Loire), Laurence Cohen (Val-de-Marne), Pascal Savoldelli (Val-de-Marne), Guillaume Gontard (Isère, DVG), Fabien Gay (Seine-Saint-Denis), Pierre Ouzoulias (Haut-de-Seine), Michelle Greaume (Nord). Ils siégeront avec Christine Prunaud (Côtes D’Armor) et Thierry Foucaud (Seine-Maritime), dont les sièges n’étaient pas renouvelables. 

Les candidat-e-s présenté-e-s  et soutenu-e-s par le PCF ont rassemblé bien au-delà de leur rang, les grand-e-s électeurs, électrices, qui sont issus pour l’essentiel du rapport de force des élections municipales de 2014. Sans surprise malheureusement la droite conserve donc la majorité au Sénat.  La République  en Marche est stoppée dans ses ambitions.  Le FN ne gagne aucun élu. A gauche, Europe Ecologie les verts n’a pas suffisamment d’élus pour constituer un groupe. La France Insoumise ne présentait pas de candidat. Le parti socialiste va continuer de vivre avec de nombreuses contradictions, certains soutenant le gouvernement, d’autres s’y opposant.  Dans ces conditions, le groupe Communiste Républicain et Citoyen est le seul groupe d’opposition de gauche à Macron au Sénat. Il travaillera à rassembler le maximum de parlementaires de gauche face aux mauvais coups du gouvernement. Seul le groupe communiste, républicain et citoyen oppose au gouvernement une voix cohérente et combative, défendant des choix alternatifs  aux logiques d’austérité. Demain, seul ce groupe, qui pourrait s’élargir à tous ceux et toutes celles qui veulent une opposition claire et porteuse de choix nouveaux,  portera une telle voix au Sénat. Sans lui, le Sénat ne serait plus qu’une chambre de négociations entre la droite et le Président. Négociations  qui ont un objectif : déconstruire le modèle social français et chercher les 3/5ème des parlementaires pour changer la Constitution en faveur de l’ultralibéralisme.

Les 13 élu-e-s auront à cœur de porter haut et fort les aspirations de celles et ceux qui luttent contre les réformes Macron, pour la qualité des services publics, pour la création d’une COP21 contre l’évasion fiscale, pour d’autres choix environnementaux et écologistes, pour promouvoir l’action des collectivités territoriales et leurs politiques publiques, faire vivre la démocratie, contre la loi de l’argent et pour d’autres modèles économiques prenant en compte le programme l’Humain d’abord  et la France en commun. Les sénatrices et sénateurs communistes se mettent sans attendre à la disposition des collectivités, des syndicats, des associations de solidarité, culturelles, sportives, d’élu-e-s, des citoyens pour faire barrage dans l’unité aux mauvais coups, préparer des amendements, des textes de lois… Les communistes et les citoyens peuvent s’appuyer sur leurs élu-e-s pour poursuivre et amplifier les mobilisations contre la politique libérale et droitière de Macron et ouvrir l’espoir. »

Nicolas Garcia.

Résultats premier tour de la Sénatoriale des PO.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *