Séance de naturalisation en sous-préfecture, une cérémonie bon enfant qui ne fait pas oublier les lois liberticides!

Obtenir la nationalité française est de plus en plus un parcours du combattant, voilà pourquoi il est important de répondre présent à chaque « cérémonie » de « remise de nationalité ». Vendredi 8 juin se déroulait la première session de l’année en sous-préfecture de Céret. Sous préfet, député, maires, conseillers départementaux se pressaient autour des femmes et des hommes qui désormais disposent de la nationalité française. Et même si avant l’obligatoire Marseillaise, les personnes présentes, venues de Bages, Elne, Céret… ont entendu « Douce France » de Charles Trenet et surtout  « Ma France » de Jean Ferrat, je ne pouvais m’empêcher de penser à ses lois anti-migrants débattues et votées à l’Assemblée Nationale par la majorité parlementaire macroniste et de droite dont un représentant était dans la salle. Si comme le dit la chanson de Jean Ferrat, interdite en son temps, à propos de notre pays « Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige », c’est que les lois que votaient nos parlements à l’époque étaient plus fondées sur des valeurs humanistes et universelles comme les Droits de l’Homme et du Citoyen, que liberticides comme aujourd’hui. Entre le migrant que l’on ne veut même pas accueillir sur notre sol et la nouvelle carte d’identité que vient d’obtenir Youcef, il y a une abîme, la clandestinité, la prison et la mort frôlée à chaque instant.

Nicolas Garcia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *