Il n’y a plus d’obstacle à la naissance d’un « RER Catalan ».

Le PCF66 se félicite de voir le projet qu’il porte depuis plus de 10 ans avec la CGT et quelques associations d’usagers comme « Osons le rail », est désormais partagé par nombre d’élus et d’organismes. En effet, nous avançons et nous défendons à chaque occasion, comme ces derniers temps au Département, l’idée et même le nom de « RER Catalan », au départ de Céret, de Cerbère, de Saint Paul de Fenouillet, de Latour de Carol… Il s’agit de moderniser l’ensemble du réseau ferroviaire du département que nous avons la chance d’avoir encore, pour faire circuler des voyageurs et des marchandises. Pour les voyageurs, il faut des trains modernes, très réguliers, très bon marché, adaptés pour les collégiens, lycéens et étudiants, avec des arrêts dans les villages sur les lignes et au droit de la l’université de Perpignan. Pas un de ces jeunes fréquentant un établissement situé sur une ligne SNCF ne doit prendre autre chose que le train. Heureux de voir que désormais nous partageons avec le Conseil du Développement Durable (C2D) de la communauté Urbaine – Perpignan Méditerranée Métropole, des réponses à des questions comme de la réutilisation du rail, de la mutualisation de la ressource eau, de la gratuité des transports en commun sur le territoire de la communauté d’agglomération… Mais revenons au rail, puisque désormais autant de monde juge le projet nécessaire nous allons pouvoir y arriver! En effet au-delà des déclarations d’intentions, toutes les institutions, associations, partis, syndicats, devraient s’entendre pour demander à l’Etat et à la SNCF de choisir notre département comme pilote pour démontrer que le rail est viable. Après tout sur d’autres sujets la France a déjà fait « des expérimentations » dans certains départements. En complément et en cohérence avec notre projet nous proposons de repositionner les bus de la région « en transversal », afin qu’aucun ne longe une ligne de chemin de fer et que le transport en commun routier (inter village ou intra canton) soit considérablement augmenté. Si on ne réussit pas ce genre de projets, cette révolution du transport en commun notamment ferroviaire tendant vers la gratuité, alors inutile de parler de volonté de sauver la planète dans les COP. En effet dans notre département et notre région quasiment dépourvus d’usines, la pollution principale provient des véhicules à moteurs non électriques. Dans les jours et les semaines qui viennent le PCF66 prendra des initiatives en ce sens.

Nicolas Garcia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *