Morte sous le poids des taches qu’on lui demande d’assumer avec de moins en moins de moyens.

Jeudi 3 octobre devant l’inspection d’académie de Perpignan, des dizaines d’enseignantes et enseignants, mais aussi des responsables départementaux du PCF, ont rendu hommage à Christine Renon, directrice d’école à Pantin, qui a mis fin à ses jours, broyée par ses conditions de travail. Combien faudra-t-il d’arrêts de travail, de suicides, pour que l’État comprenne que ce qu’il fait subir à ses fonctionnaires de l’éducation nationale, de la police, de la Gendarmerie, des finances… est insupportable et indigne d’une démocratie qui est sensée défendre les droits de l’homme et ceux du travail.

Nicolas Garcia.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *