Mercredi 31 janvier, la fédération du PCF fait le plein pour sa cérémonie de voeux.

C’était les derniers de janvier, la fédération du PCF des Pyrénées Orientales a attendu l’ultime jour de la période que la tradition autorise pour présenter ses vœux. Comme secrétaire départemental du PCF66, j’ai prononcé le discours devant un parterre de militants, de journalistes et d’amis (NPA, CGT, associations…), prés de 150 personnes massées dans la grande salle de la maison communiste, située à Perpignan, 44 route de Prades. Des vœux offensifs dont je rajoute l’intégralité ci-dessous en fichier au cas où certains seraient pris d’une envie pressente de les lire en totalité (soyez indulgent avec l’orthographe le texte n’était pas destiné à publication). Dans ce discours, j’ai abordé la vision du monde qu’ont les communistes, elle s’oppose radicalement à celle d’Emmanuel Macron, de l’Europe et de la plupart des états qui depuis trop longtemps font tourner la planète à l’exclusif profit de la spéculation, des multinationales, des milliardaires. Déjà un rapport vient de sortir, il dévoile que 1% de l’humanité gagne autant que les 99 autres. J’ai dénoncé la politique mise en œuvre par le gouvernement et par E Macron, qui détruit les vies en aggravant les situations d’agriculteurs comme les producteurs de lait ou celles des personnels hospitaliers et des EHPAD (maisons de retraite). Evoquant le congrès du PCF, le discours appelle les communistes à résister, à construire avec le plus grand nombre et aussi avec les autres formations qui militent pour la transformation sociale et environnementale, comme nous l’avons fait dans les PO avec le NPA, EELV, la CUP, l’ERC, Generation’S et bien d’autres. Malheureusement la France Insoumise ne goûte pas a ce genre d’initiatives et nous a opposé une fin de non recevoir. Enfin j’ai appelé les communistes et les autres participants à réussir ou à nous aider à réussir, un excellent congrès extraordinaire du PCF qui aura lieu durant la troisième semaine de novembre.

« Le Parti communiste prépare un Congrès extraordinaire pour fin novembre 2018. Il le fait portes et fenêtres ouvertes, dans l’action, ni repli sur soi, ni fuite en avant, toujours conscient qu’il ne veut être ni celui qui veut tout changer sans rassembler personne, ni celui qui veut rassembler tout le monde pour ne rien changer, mais bien celui qui veut rassembler un maximum de monde pour changer un maximum de choses. Pablo Neruda écrivait : « Il meurt lentement celui qui ne change pas de cap, celui qui ne prend pas de risques, pour réaliser ses rêves »

Et bien, avec de la combativité à revendre, nous avons la volonté de réinventer le Parti communiste et la gauche dont notre peuple a besoin. Nous voulons nous ouvrir à beaucoup plus de monde, construire une boule de neige militante contre les politiques libérales, bâtir une politique de rassemblement à partir d’objectifs de transformation sociale et environnementale. Afin de construire un nouvel avenir d’émancipation humaine et  comme l’écrivait encore le grand poète chilien « faire avec notre peuple ce que fait le printemps avec les cerisiers. »

Nicolas Garcia

Vœux fédé 31 0118

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *