Mercredi 17 juillet devant la préfecture celles et ceux qui défendent le train des primeurs qui rallie Saint Charles à Rungis, n’en démordent pas.

Nouvelle mobilisation aujourd'hui pour le maintien du train primeur Perpignan-Rungis ! Nicolas Garcia, conseiller départemental de la plaine d'Illibéris, explique la présence des élu-e-s communistes du Département.

Publiée par Elu.e.s communistes du Département 66 sur Mercredi 17 juillet 2019

Elizabeth Borne, ministre des transports de Macron, incapable de refaire circuler le train des primeurs à plein, qui prend le risque de jeter sur des autoroutes déjà saturées des milliers et des milliers de camions vers le Val De Marne et le marché gare de Rungis, vient de remplacer De Rugy au poste de ministre de l’écologie. Ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle pour l’environnement tant cette ministre œuvre, ou en tout cas ne s’oppose pas, au transfert massif et permanent vers la route de ce qui peut voyager par le train. Et tout ce qui peut encore être transporté par le rail et uniquement le rail, on lui sent une certaine  jubilation à voir le privée venir concurrencer le public. En attendant le train des primeurs qui transporte des fruits et légumes de Perpignan – Saint Charles au marché – gare de Rungis n’est pas encore tiré d’affaire même si aujourd’hui, mercredi 17 juillet, dans les salons de la préfecture des PO, un grand pas a été franchi et imposé à la SNCF grâce notamment aux mobilisations et aux interventions d’acteurs institutionnels locaux (Département, Région…). En effet il a été acté que le train des primeurs est une nécessité et qu’il doit perdurer. Des études montrent qu’il y a sur Saint Charles suffisamment de marchandises prête à remplir ce train y compris tel qu’il est aujourd’hui. Donc dès le 1er novembre l’entreprise nationale de transports ferroviaires doit, pour une période transitoire, faire en sorte que le train des primeurs circule et amène la marchandise à Rungis. Pendant cette période transitoire, voire même dès à présent, les autres acteurs : Région, Département etc., vont étudier et mettre en œuvre avec la SNCF une solution pérenne pour que la ligne et le train Saint Charles – Rungis, continuent même s’il est probable que celui-ci évoluera vers du combiné (wagon – frigo, conteneurs voire camions entiers, mais aussi recherche de nouveaux clients comme le bio, qui se développe à Saint Charles mais paradoxalement est transporté à 100% par la route, la grande distribution, mais aussi le retour à vide qui pourrait être comblé par des commandes sur le parcours retour.) Des nouvelles rassurantes et des solutions qui ne manquent pas, convenons-en, même s’il faut rester vigilants car le mouvement social en a vu d’autres. Le combat est, comme vous le voyez, loin d’être terminé, même s’il peut se mener sous d’autres formes et dans un autre état d’esprit. On peut donc remercier celles et ceux qui se sont mobiliser dans les luttes, manifestations, pétitions et autres motions de collectivités. Dans cette bagarre, il est à souligner le travail effectué par le Département66 mais aussi et surtout par la région et son vice-président communiste chargé des transports Jean Luc Gibelin, qui n’a rien lâché.

Nicolas Garcia.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *