L’Etat et le parquet Espagnol s’en prennent maintenant gravement aux Comités de Défense de la République (CDR).

Parce qu’ils ont brisé un cordon de policier autour du parlement (sans violence), barré des routes, levé des barrières de péage d’autoroutes pendant quelques minutes, envisagé au téléphone d’autres actions et  qu’ils étaient sur écoute téléphonique, police espagnole et Mossos d’Esaquadra, désormais aux ordres de Madrid, ont arrêté six jeunes militantes et militants des CDR (comitès de defensa de la Republica) créés il y a quelques mois en Catalogne. Poursuivis entre autres pour terrorisme à cause de ces « graves délits »… on croit rêver! Les autorités politiques, judicaires et policières cherchent vraiment à ce que la Catalogne bascule dans la violence. Cela s’est passé aujourd’hui, mardi 10 avril, sur tout le territoire du Principat de Catalunya. Immédiatement à l’appel des CDR mais aussi des trois partis qui composent la majorité indépendantiste du « parlament de Catalunya » (CUP, ERC, Junts Pel Si…) des rassemblements et manifestations ont fleuris partout malgré le très mauvais temps qui sévit sur la Catalogne. Nous assistons présentement à une dérive fasciste de l’Etat Espagnol qui désormais veut restreindre d’autres libertés avec un silence complice de l’Etat Français mais finalement aussi de toutes l’Europe.

Nicolas Garcia.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *