L’autre débat national à Elne a réuni jusqu’à 40 personnes jeudi 21 février.

Ici ce n’est pas Macron qui pose les questions, ici la parole est libre, ici c’est un citoyen choisi au hasard qui anime le débat et un autre qui retranscrit sur un paperboard les remarques, critiques, propositions de chacune et chacun. Ici nous sommes à Elne, salle Bolte, jeudi 21 février -18H30 –  une commune où on aime le débat même si depuis quelques années certains s’évertuent à l’éteindre, une commune où les gilets jaunes se réunissent chaque semaine dans un bistrot. Et dans cette salle immédiatement le débat fuse sans préliminaire, bonne ambiance, sérieux… Ici on refuse la suppression du service public, on veut augmenter les salaires, faire payer les riches, développer les transports en commun surtout ferroviaires. Deux trois femmes Gilets jaunes, quelques militants CGT dont une candidate aux élections européennes, le débat fuse aussi sur l’utilité des syndicats et des partis politiques. La fonction du président de la République est remise en cause, on évoque une République qui marche sur deux jambes le parlementarisme et la citoyenneté, on exige la proportionnelle à toutes les élections, même si un intervenant prévient « je suis d’accord mais ce n’est pas la panacée, ça ne protège pas contre les dérives, voir en Italie… ». Le débat se termine, il y a de la satisfaction, on souhaite continuer bientôt et on s’interroge sur ce que vont devenir les 5 grandes feuilles du paperboard. Pas de soucis elle seront photographiées, envoyées à Macron, diffusées… Au bout du compte un exercice démocratique intéressant.

Nicolas Garcia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *