Jeudi 11 avril, Perpignan et le département plein des revendications sociales!

Jeudi 11 avril Perpignan et le reste du département retentissaient des revendications sociales portées par une partie des agents du Département et par les retraités à l’appel de plusieurs centrales syndicales et associations. Les travailleurs sociaux du Département qu’ils soient sur le terrain, dans l’administratif ou médecins, se sont mis en grève et ont manifesté, d’abord devant leur Maison Sociale de Proximité (MSP) respectives (Argelès, Céret, Thuir, Perpignan…) avant de se retrouver sur Perpignan. Elles et ils dénoncent tout autant le désengagement de l’Etat et des partenaires (CAF, CARSAT, ministère de la Justice…) que les « faiblesses » du Département en matière de gestion des personnels, d’ l’écoute des salariés… Trés déterminés à se faire entendre, ils ont promis ne rien lâcher et ont obtenu une rencontre avec la Présidente du Département lundi 15 avril à 16H00. Ces personnels en souffrance ne seront surement pas reçus par l’Etat, ni par les représentants des partenaires et pourtant une des principales causes du mal-être et des revendications, sont les surcharges de travail dues au fait que CAF, CARSAT, ministère de la Justice… se désengagent totalement de leurs missions en direction des « publics » et que concomitamment à cela le gouvernement Macron bloque les budgets de fonctionnements des conseils départementaux, les empêchant notamment de recruter.

Le même jour les retraités de divers syndicats et associations (CGT, FO, UNRPA…) manifestaient dans toute la France et aussi à Perpignan où ils étaient près de 400 pour demander, outre la revalorisation des retraites et la suppression de la CSG, le maintien et l’amélioration des pensions de réversion et la prise en charge de la perte d’autonomie à 100% par la Sécurité Sociale. Dans leur ligne de mire, la réforme des retraites par points, qui est une atteinte grave au droit à la retraite, selon les organisations qui appelaient à la manifestation. Les pensions sont fondées sur la solidarité intergénérationnelle à partir de cotisations versées chaque année par les personnes retraitées durant leur vie professionnelle. Et personne dans la manifestation ne souhaitait que cela change.

Nicolas Garcia.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *