Images d’un week-end de luttes, de militantisme, de travail.

Samedi 25 novembre matin :

Réunion d’élus communistes dont les communes se trouvent dans la Communauté Urbaine de Perpignan Méditerranée, pour réfléchir ensemble aux politiques néfastes que met en place son président avec le soutien d’une majorité d’élus de droite. Réfléchir aussi aux réponses à apporter sur les problèmes d’harmonisation de transports, de politiques de l’eau, notamment avec le Département (porteur de nombreuses propositions) et les autres EPCI (communautés de communes)

 

Samedi 25 novembre après midi.

A Perpignan Pont d’en Vestit et place de Catalogne avaient lieu deux manifestations, la première contre la violence faites aux femmes et les crimes sexistes dont elles sont victimes. La seconde, un rassemblement pour protester contre l’esclavage et les violences de tout genre que subissent, notamment en Libye, les migrants d’Afrique durant leur périple pour arriver en Europe. Protestation aussi contre la passivité des gouvernements occidentaux et en particulier la France d’Emmanuel Macron. Des dizaines de personnes parmi lesquelles de nombreuses et nombreux militants et élus communistes ont participé aux deux initiatives.

Dimanche 26 novembre 11H00.

Estagel :  les communistes ont rénové leur local qui désormais s’appellera « Maison des communistes,  Antoine Sarda ». Elles et ils étaient nombreux en cette frisquette matinée, Roger Payrot, Michel Cadé, Josée Sarda qui fut l’épouse d’Antoine, André Valls, Lola Beuze conseillère départementale du Fenouillèdes et plein d’autres personnalités et anonymes membres ou non du PCF. C’est au secrétaire de la section du PCF des Fenouillèdes, Dominique Poirot, qu’est revenue la tache de dire quelques mots sur Antoine Sarda, le communiste, le maire, le conseiller départemental, l’homme de culture duquel on se souvenait en ce dimanche 26 novembre à Estagel quelques jours après la mort de Jack Ralite qu’Antoine aimait beaucoup pour son attachement à l’action culturelle et aux statuts des artistes…

Nicolas Garcia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *