Le Gazoduc ne passera ni par ma commune, ni par mon département.

En ce lundi 12 février le collectif contre le gazoduc se réunissait à Perpignan (Cyber Bodega). Un tuyau de 90 cm de diamètre, enterré d’un peu plus d’un mètre, allant de Barbaira (Aude) à Hostalric (Catalogne du Sud), transportant du gaz, pourrait traverser le département de part en part sur un tracé proche de la THT enterrée, de la ligne TGV, de l’autoroute, arpentant le pied des Aspres et du Vallespir. Le Perthus, Le Boulou, Passa, Fourques, Salses… seront impactées, mais en réalité c’est tout le département qui sera touché. C’est pourquoi, le Conseil Départemental 66  émet les plus grandes réserves sur le projet; c’est pourquoi il faut la solidarité de l’ensemble du Pays Catalan avec les territoires concernés et les populations qui résistent; c’est pourquoi un collectif s’est créé sur l’Aude et les PO et il appelle à la résistance. La multinationale porteuse du projet est soutenu par l’Europe, mais pour réussir ce genre de cicatrice c’est par le peuple qu’il faut convaincre mais nous n’en sommes pas encore là, loin s’en faut! Inquiétude, incertitude, méconnaissance, ignorance, sont le lot de la majorité des habitantes et habitants du département et des communes impactées où les maires n’ont pas tous encore pris l’initiative d’organiser des réunions publiques. Les promoteurs du projet ont, quant à eux, préparé un ersatz de concertation plus qu’insatisfaisante au final. Le collectif « non au Gazoduc ni ici, ni ailleurs » en appelle à la population, aux associations, aux syndicats, aux partis politiques, aux élus pour dire « le gazoduc ne passera ni par ma commune, ni par mon département ». Il propose à tout un chacun d’organiser des réunions publiques partout dans les communes concernées mais aussi ailleurs dans le département et se met à disposition pour venir porter l’information dans ces réunions. Ce projet n’a rien à voir avec l’alimentation en gaz de notre département, avec la solidarité  envers d’autres peuples ou pays, ce « tuyau » ne servira ni à l’environnement, ni au département. En revanche, il est dangereux pour l’environnement, il pourra transporter du gaz de schiste notamment Algérien, le gaz est une énergie fossile et donc nous ne sommes pas dans la transition énergétique, il fera gagner beaucoup d’argent à quelques spéculateurs qui avec un bureau et un téléphone achètent du gaz à l’autre bout du monde et le revendent à l’opposé avec au passage de gros bénéfices. Cela s’appelle la libéralisation du marché de l’énergie.

Rejoignez le collectif, ne vous laissez pas faire, vous aussi dites : « le gazoduc ne passera ni par ma commune, ni par mon département! ». Il y en a assez de ces multinationales et technocrates européens qui prennent notre terre pour une poubelle et un lieu de passage, quitte à massacrer nos plus belles richesses : nos sites, nos paysages et notre environnement.

Nicolas Garcia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *