Il faut empêcher le gazoduc de traverser le département, il massacre nos paysages et le aggrave l’effet de serre.

Depuis la libéralisation du marché de l’énergie, celle-ci est l’objet de spéculation, de négociation, de plus-values scandaleuses. Pour la vendre au plus offrant et mieux la transporter de pays où la démocratie est souvent bafouée, la main d’œuvre et la nature exploitées, vers des pays où on peut la payer très cher, des infrastructures horribles et couteuses sont fabriquées . Comme pour la THT, le Gazoduc, sert ces dessins du capitalisme ultralibéral. Il vient massacrer notre département sans rien lui apporter, le gaz qu’il transporte, à cause des fuites des tuyaux et de sa combustion, dégage du méthane des dizaines de fois plus dangereux pour la couche d’ozone que le CO2. Par dessus le marché et bien que les porteurs du projet s’en défendent, il servira a transporter du gaz de schiste (c’est à dire obtenu par fracturation hydraulique). On mesure mieux le cynisme de la situation où notre pays (comme d’autres en Europe) interdit le gaz de schiste mais pourrait en faire entrer sur l’hexagone en provenance d’ancienne colonies que nous avons laissé exsangues. Pour toutes ces raisons et pour bien d’autres un collectif non au gazoduc s’est constitué dans l’Aude et les Pyrénées Orientales. Il manifestait mardi 23 janvier devant le Palais de Congrès de Perpignan où se tenait la dernière réunion au cours de laquelle les promoteurs du projet rendaient compte des résultats de la concertation devant une salle qui aurait été bien vide si les opposants au gazoduc n’y avaient pris place. J’étais présent et j’ai pu rectifier deux fausses infos colportées par les défenseurs du gazoduc. D’abord contrairement à ce qu’ils ont prétendu le Département n’est pas favorable au projet sur lequel il a émis à l’unanimité les plus vives réserves. Ensuite, la fibre optique passerait le long du gazoduc et intéresserait là aussi le Département, c’est également un mensonge car les travaux du gazoduc ne pourraient éventuellement débuter, si tant est que nous n’arrivions pas à l’empêcher, qu’en 2021 au plus tôt. Ors, le département aura fini le chantier de son propre réseau public de fibre optique (le Très Haut Débit Mobile) dans tout le département en 2021. Dès lors on est même en droit de se demander quel opérateur se risquerait à investir dans son propre réseau.

Nicolas Garcia.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *