Elne : la présentation des deux décors monumentaux de Terrus, témoigne de la coopération entre Département et commune.

Vendredi 27 avril à 19H30, je participais avec la présidente du Département à la Nit de Sant Jordi organisée par Omnium cultural. Marie-Pierre Sadourny, quant à elle, se trouvait à Elne pour représenter le Département à la restitution des deux décors monumentaux d’Etienne Terrus. Découvertes il y a plus de 10 ans en la salle Héléna d’Elne, ces œuvres du peintre illibérien ont été restaurées par le Centre de Restauration du Patrimoine Catalan(CCRP), service public du Département. La soirée avait débuté à 18H00 par la réouverture du musée Terrus, à laquelle j’ai participé. C’est là que l’actuel maire a dévoilé à la presse et au public présents, l’affaire des faux tableaux Terrus achetés par deux associations de la commune, par un particulier et aussi par la municipalité (voir article précédent sur ce blog).
Une heure et demi plus tard, passage du musée Terrus à la salle des fête d’Elne et on reparle de Terrus et de la restitution de par le Département après restauration de deux colossales œuvres du peintre illibérien. C’est là qu’amenée à prendre la parole, Marie-Pierre Sadourny a développé les éléments suivants. Le Département, conscient de sa richesse patrimoniale, mène des années une politique active et volontariste en faveur de la connaissance, de la conservation et de la transmission de son patrimoine sur tout le territoire. Ainsi, des services tels que le CCRP et le service départemental d’Archéologie interviennent régulièrement auprès des communes afin de les accompagner dans la mise en œuvre d’opérations de sauvegarde de leurs biens culturels et patrimoniaux. A ce titre le Département est intervenu régulièrement à Elne, participant gratuitement à la mise en valeur du patrimoine de la ville. Cette activité de l’institution départementale n’a pas ralenti en 2014, bien au contraire, suite à l’élection de Marie-Pierre Sadourny et moi au Conseil Départemental.

Les opérations réalisées par le CCRP.
Le Centre est intervenu à plusieurs reprises sur le mobilier de l’ancienne cathédrale Sainte-Eulalie-et-Sainte-Julie : dès 1998, le tabernacle monumental du maître-autel a fait l’objet d’une intervention de conservation-restauration in situ. Cela a été aussi le cas en 2012 et 2015, dans le cadre du Plan Objet 66.  Ce dispositif unique, propre au CCRP, est mis en œuvre depuis 2002, commune par commune, de façon méthodique avec le soutien de la DRAC et de la Région. Il permet de procéder, dans une première phase, au recensement et au bilan sanitaire des œuvres et du mobilier des édifices liturgiques, accompagné d’un important travail de documentation. La seconde phase du Plan Objet 66 permet de réaliser des actions de conservation (préventive, curative, sécurisation) et de suivi (conseils aux propriétaires et gestionnaires des édifices, formation à la conservation préventive).
Ainsi, à Elne, une première opération de recensement et de bilan sanitaire a été réalisée en 2012 dans  l’ancienne cathédrale Sainte-Eulalie-et-Sainte-Julie, suivie d’une intervention de conservation-restauration sur 92 objets et de 2 sessions de formation à l’entretien des objets pour les bénévoles en 2015. Cette opération, également soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (Etat) et la Région a été prise en charge par le Département pour un montant de 63 000 €.
Le CCRP a restauré deux décors monumentaux de Terrus : en 1998, le décor de la vue du Racou (remis à sa place comme fond de scène dans la salle Helena par ma première équipe municipale). En 2017, le décor de la place du Planiol.
Ces chantiers ont demandé respectivement 30 et 40 jours de travail. Dans les deux cas il a fallu remettre les toiles à plat, retirer les réparations anciennes (pièces, coutures), nettoyer la face et le revers, réparer les déchirures, faire des incrustations de toile dans les trous, retoucher sans toutefois masquer toutes les usures et accidents qui sont la marque de l’utilisation de ces décors. Pour le décor du Planiol il a fallu rassembler les deux lais séparés et reconstituer la partie manquante en bas à droite, ce qui a été possible grâce à une aquarelle de Terrus conservée au musée et reprenant la même représentation. Le traitement de ces toiles de très grand format a été possible au CCRP grâce à un espace dédié suffisant et à des équipements adéquats.
La restauration de la toile de la place du Planiol, en 2017, s’est élevée à 11 285 €, pris en charge à 70 % par le Département et à 30 % par la commune (3 385,50 €). Celle de la toile de la vue du Racou, en 1998, avait coûté 65 100 F, pris en charge à 90 % par le Département et à 10 % par la commune (6 510 F).

Les fouilles du service départemental d’Archéologie.
Autre exemple de soutien sans faille du Département (service de l’Archéologie) à la commune d’Elne, la fouille archéologique débutée en 2015 et programmée des années auparavant aux abords de la cathédrale actuelle d’Elne, sur le plateau des Garaffes. Réalisée sous le contrôle scientifique de la DRAC, ce chantier ouvre tous les étés au mois de juillet et accueille des étudiants venus de toute la France se former à l’archéologie (grâce à un partenariat avec l’Université de Perpignan Via-Domitia).
En juillet  2017, ce chantier, remarquable, a permis de découvrir une partie des vestiges de la cathédrale primitive, « La mère de églises ». Cette découverte exceptionnelle, éclaire d’un jour nouveau non seulement l’histoire d’Elne, mais aussi celle du Diocèse et du début du christianisme en Roussillon. Voilà plus d’un siècle que l’on recherchait et l’on s’interrogeait sur l’emplacement de cette première cathédrale, d’où l’importance de l’évènement, les bouleversements qu’elle entraîne et surtout les questions nouvelles qu’elle pose. Les archéologues n’ont pour l’instant dégagé qu’une petite partie de ce bâtiment qui était presque aussi imposant que la cathédrale actuelle. La campagne de fouille, qui reprendra au début du mois de juillet, permettra, nous l’espérons, d’en apprendre plus sur cet édifice.
Nicolas Garcia.

Un des décors monumentaux de Terrus restaurés par le Département.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *