Elne : des pratiques à dépasser pour construire un autre avenir!

Depuis le changement de municipalité en 2014 à Elne, un mode de fonctionnement s’est installé : attitude sévère et autoritaire, division des populations, non respect des règles démocratiques et institutionnelles, mépris du personnel… Basé sur un mensonge jamais prouvé « la ville est ruinée! », s’appuyant sur une seule lettre circulaire d’un préfet reçue par plusieurs dizaines de mairies en même temps, la nouvelle municipalité a imposé une politique municipale folle. Précarisation à outrance (personnel communal), libéralisation (pompes funèbres municipales), vente du patrimoine communal (camping « El Moli »), privatisation (camping « els Pedregets »), augmentations (tarifs cantines scolaires), instaurations de nouvelles taxes (paiement des terrasses et étals pour les commerçants, zone bleue), réactions autoritaires notamment sur l’urbanisme entraînant la menace pour plusieurs familles de se retrouver devant le tribunal correctionnel pour une terrasse, un mur ou un portail non autorisés. Non invitation de l’opposition à un certain nombre d’initiatives : accueil des nouveaux arrivants, goûté des ainés, vœux du maire, réunions avec les commerçants ou avec la population… La fonction de conseiller départemental n’est pas respectée y compris quand le Conseil Départemental participe au financement de travaux ou de réalisations comme à la cathédrale, le jardin d’enfants Rose Blanc et le carrefour qui se situent à l’ancienne gendarmerie. Que dire également du refus systématique de partager les dépôts de gerbe durant les commémorations mémorielles ou la négation, en toute illégalité, des droits à la formation et à l’expression dans les bulletins municipaux ou d’infos pour les élus de l’opposition… Enfin que penser du refus de prêter des salles communales au PCF pour les rifles qu’il a toujours organisé ou de ne pas autoriser les élus d’opposition à marier des couples qui le demande… J’en passe et des meilleurs…

Décidément il serait temps de redonner à notre ville la fraternité, la convivialité, l’unité de sa population, qu’elle a perdues.

Il est temps aussi de mettre en œuvre un projet dynamique rompant définitivement avec le passé. Un projet totalement neuf, innovant, créatif, audacieux…  basé sur la nature, l’environnement, l’agriculture de demain, les services publics communaux, la fraternité, la culture, un vraie politique du patrimoine et de réappropriation du centre ancien par les populations et le commerce, une vraie citoyenneté et la consultation de toutes et tous les illibériens quels que soient leur date d’installation à Elne, le lieu où ils habitent… Depuis 2014, l’audace, la créativité, l’ambition sont entre parenthèses à Elne, à cause de « règlements » ou de « décisions non concertées et autoritaires ». L’exemple du marché est flagrant! Les « règles » mises en place unilatéralement « tuent » notre marché du vendredi, jusqu’à présent il tenait le centre ville debout! Tout le monde le voit, tout le monde le dit, mais la majorité municipale refuse d’écouter ou de changer les choses. De même personne ne comprend pourquoi le poste de police, ouvert il y a quelques années sur la route nationale, est aujourd’hui pratiquement fermé.  On fait aussi dans la désinformation grossière l’exemple du dernier bulletin d’info est flagrant, lorsque on ose appeler « espace paysager » le remplacement d’un bassin et de jets d’eau, se trouvant sur le parvis de la mairie, pour en faire un tas de pierre blanche avec quelques cactées et des pierres dessus. Nombre d’illibériennes et illibériens, se disent déçus par ce qui se passe actuellement en mairie et envisage un autre avenir, nous les comprenons.

Nicolas Garcia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *