Elne : la jolie petite fontaine enterrée.

Nombre d’illibériennes et illibériens, qui ont vu la fontaine devant leur mairie se vider d’eau et se remplir de terre, sont déçus, mécontents et me demandent des explications. Je ne peux malheureusement leur en donner car cette décision n’a été ni expliquée  ni débattue.

Je peux simplement dire : moi aussi, je suis en colère, déçu et dans l’incompréhension. Avec cette nouvelle municipalité, élue depuis 3 ans à Elne, c’est comme si elle s’évertue malgré un coût parfois exorbitant pour le contribuable, à détruire ce que la précédente équipe municipale a réalisé durant 13 ans. Sans faire de la psychologie de comptoir, pour l’actuelle municipalité « enterrer » cette fontaine, c’est symboliquement tenter d’ « enfouir » définitivement tout ce qui a été mis en œuvre par les deux conseils municipaux de 2001 à 2014 et la liste est longue*. Hélas pour ces messieurs/dames, parfois très virulents, voir violents, comme on l’a vu avec l’affaire de l’accrochage suite à mes affiches taguées, les résultats électoraux que j’ai obtenus le 11 juin à Elne montrent que je ne suis pas encore enterré et le bilan de mes deux mandats non plus…

Petit retour sur l’histoire de la fontaine.

A l’origine de la réalisation par Narcisse Planas de la nouvelle mairie, inaugurée en 1974, l’architecte disposa sur le parvis du bel Hôtel de Ville, un bassin avec des jets d’eau. C’était son parti-pris d’architecte, comme les espaces et la luminosité pour l’intérieur l’étaient aussi. Il y a 11 ans, nous constations que le vieux bassin et les jets d’eaux étaient cassés, en panne et finalement obsolètes. Notre équipe décida d’ouvrir les jardins de la mairie au public et restituer les trottoirs aux piétons en faisant tomber clôtures et portails, en arrachant les épineux qui entouraient l’espace, sans dénaturer l’esprit du concepteur. Aujourd’hui personne ne peut le nier, cet espace est une réussite d’appropriation et de partage par les citoyennes et citoyens d’un lieu public. A l’époque donc nous avions décidé d’investir dans une longue fontaine située dans la même zone que le précédent, d’installer des jets réglables et des illuminations variables avec notamment les couleurs sang et or, afin que les jets d’eau rappellent le drapeau catalan. Le nouvel architecte avait ainsi respecté l’esprit de l’ancien. Cet investissement financier et urbain important avait à peine 10 ans. Dans ces conditions, quel intérêt de remplir cette fontaine de terre pour y réaliser une jardinière ? D’autant que la nouvelle réalisation consommera de l’eau quand la précédente fonctionnait en circuit fermé, et que du coup l’ancienne installation (eau et lumière) devient à jamais irrécupérable. Même si la dépense engagée pour cet « enterrement de fontaine » est certainement faible, l’investissement réalisé il y a 10 ans, est gâché, fichu en l’air, et cela représente des sommes d’argent non négligeables. Pour terminer sur « le massacre », on constatera que les divers aménagements réalisés aussi à l’intérieur (1er étage et rez-de-chaussée) de l’Hôtel de Ville, souvent mal réussis, dénaturent sa beauté et l’esprit qui anima l’architecte au moment de la conception du bâtiment.

Nicolas Garcia.

*écoles maternelle, primaire, crèche, abords mairie, parkings notamment le souterrain, Centre de loisir, Gavroche, stades, station d'épuration...
La fontaine réalisée devant la mairie il y a 10 ans. Remplie de terre.

3 réflexions au sujet de « Elne : la jolie petite fontaine enterrée. »

  1. tu exprimes avec élégance et vivacité ce que nous sommes nombreux à penser. Espérons que cet enfouissement sera à terme celui de la politique ringarde et réactionnaire de cette municipalité.

    1. Ce n’est pas que la fontaine que la municipalité veut enterrer, mais Elne tout entière. Comme tous les citoyens d’Elne, j’ai reçu « l’accent catalan ». J’aime bien ce journal qui nous informe d’un tas de choses, parfois en retard, mais qu’importe! (…)

  2. La fontaine, le camping, les impôts, les taggueurs, l éco lotissement, l’harcèlement de certains employés de mairie, les mensonges, le gaspillage de nos impôts avec des fêtes et des fresques trop coûteuses. C’est une liste non exhaustive et c’est pas fini. Et c’est toujours la faute à la municipalité précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *