Le département s’unit pour une meilleure protection des populations contre les inondations!

La GEMAPI, les populations ne connaissent pas encore et celles qui en ont entendu parler savent vaguement que se sera un nouvel impôt servant à financer les ouvrages pour les protéger des inondations et pour préserver le milieu aquatique (faune, flore, transfert naturel de sédiment…). La Gestion des Milieux Aquatiques et la Protection des Inondations découlent des lois Notre et Maptam, les élus communistes les ont combattu et continuent à dire qu’il faut les abroger car elles impactent à bien des égards, au delà des questions de l’eau, la vie et la souveraineté des communes, des départements et des personnes qui y vivent. La compétence GEMAPI comme la fixation de l’impôt, reviennent aux EPCI (communautés de communes ou Agglo), libre à elles de transférer la compétence (et non la taxe) aux syndicats de bassins versants, c’est à dire à la structure qui gère par délégation le cours d’une rivière de sa source à sa fin. Le Conseil Départemental des Pyrénées Orientales portait la proposition, avec laquelle il n’a pas totalement convaincu, de créer un syndicat mixte départemental inter-bassin, c’est à dire une structure unissant tout le territoire pour « affronter » ensemble cette lourde responsabilité. Le but était  « d’être plus forts » pour obtenir les financements, de réduire les coûts et la taxe par des économies d’échelle, d’avoir une vision globale de notre territoire où les périmètres à risques inondation de nos fleuves et rivières se jouxtent et parfois se superposent. Cela n’a pas été possible soit! Malgré tout une bonne nouvelle est arrivée mardi 20 février. Une association est née regroupant le Département, la plus part des Communautés de communes, l’Agglo de Perpignan, les syndicats mixtes de bassins versants.

Une bonne nouvelle pour la population et les collectivités!

L’objectif de cette association présidée par le Département avec vice-présidence pour Perpignan Métropole Méditerranée est de réfléchir, d’échanger, de se concerter, d’être plus forts, mieux armés, plus judicieux, plus efficaces dans les choix d’investissements, la recherche de financement, les interventions auprès des services de l’Etat, des financeurs institutionnels (Région, Etat, Europe) et privés (banques). Les élus réunis et les techniciens se pencheront sur la protection des inondations, la préservation des milieux aquatiques, mais aussi sur la SLGRI (Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation) et les risques de submersions marines. C’est une bonne chose pour la population des Pyrénées Orientales et les collectivités. Je suis heureux d’avoir pu comme vice – Président chargé de l’eau, avec les services du CD66, délégués par la Présidente du Département, travailler et préparer cette création en amont.

Et maintenant la ressource en eau potable!

Désormais, il reste aux élus de tout le Département un autre gros « gros morceau » : préserver qualitativement et quantitativement la ressource notamment pour l’eau potable. Pour cela, toujours mandaté par Hermeline Malherbe, nous travaillons en associant tout le monde à la création d’un syndicat mixte de production d’eau potable. L’objectif étant de maitriser et de vendre aux distributeurs publics ou privés l’eau extraite du sol et du sous-sol dans le but de l’économiser et d’en faire un usage parcimonieux. La responsabilité collective des élus et des citoyens est de se doter d’un outil qui garantisse à toutes et tous pour les décennies à venir d’avoir au robinet, en toutes circonstances et partout, de l’eau de très bonne qualité et en quantité suffisante, au meilleur prix possible (c’est à dire au juste prix). Et ce, sans avoir à faire appel à la désalinisation ou au tuyau du Rhône.
Nicolas Garcia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *