La « delegació de Catalunya nord del consell per la República Catalana » est née, voilà pourquoi elle a tout mon soutien!

Mon nom vient de paraître sur la liste de soutien de Catalogne Nord au « Consell per la República Catalana» (conseil pour la République Catalane), qui compte aujourd’hui près de 90000 adhérents. Pour tout dire, je suis aussi adhérent direct de « delegació de Catalunya nord del consell per la República Catalana ».

Je veux écrire ici les motivations de cet engagement strictement personnel. Non pas que je pense être une personnalité à ce point importante que ses engagements intéresseraient les foules. Je suis encore aujourd’hui ce que l’on appelle « un homme public » et surtout le secrétaire départemental du Parti Communiste Français des Pyrénées Orientales. Ma position peut donc interroger, gêner ou choquer mes camarades communistes, voire des électrices et des électeurs acquis ou potentiels. Ces derniers, touchés ou troublés par des rumeurs ou des jugements hâtifs, pourraient croire que mon combat est devenu celui pour l’indépendance de la Catalogne.

Je tiens donc au travers ce poste à clairement exprimer les raisons de mon adhésion et soutien au Consell per la República Catalana. Je n’ai pas fait ce cheminement parce que je serais devenu un militant indépendantiste catalan. Comme je l’ai toujours dit, il y a suffisamment de gens pour défendre l’indépendance de la Catalogne (d’ailleurs je n’ai pas de double nationalité et je ne vote pas en Espagne), le rôle que je donne à mon engagement dans ce combat est tout autre. Je ne suis pas devenu non plus un adepte de la vision sociale et économique qu’ont messieurs Puigdemont et Torra notamment. Mes motivations sont ailleurs :
1 – Demain si vient à exister (pourquoi pas) une République Catalane Indépendante ou une fédération de républiques en terre ibère, les idées, très progressistes, communistes, auxquelles je crois et que je défends (comme JJ Nuet, Albano Dante Fachin, Carmen Garcia et tant d’autres) ne peuvent, ne doivent, pas être absentes des assemblées constituantes, des constructions, des débats qui auront lieu et qui d’ailleurs ont déjà lieu aujourd’hui.
2 – je suis pour l’autodétermination des peuples quand la question se pose et si elle ne se pose pas dans le Principat de Catalunya, alors elle ne se pose nulle part ailleurs. Les personnes qui vivent en Catalogne doivent être consultées sur l’avenir de leur pays. Au demeurant, je pense que pour sortir du blocage de la situation entre Espagne et Catalogne, la voie démocratique, républicaine, celle des droits civils et politiques, individuels et collectifs est la solution unique.
3 – À l’instar de certains organismes de l’ONU, de certains pays (trop rares mais de plus en plus nombreux), d’Amnistie Internationale, je condamne le procès inique, injuste, nul et non avenu fait par la justice espagnole aux neuf dirigeants catalans. Comme citoyen, communiste et élu depuis 1989, je refuse la moindre condamnation et l’obligation d’exil à l’encontre des leaders politiques et associatifs catalans. Car enfin, qu’ont-ils fait pour mériter cela? Ils ont très pacifiquement contribué à l’organisation d’un référendum. Ils en avaient clairement reçu mandat  d’une majorité d’électrices et électeurs catalans. Il est inacceptable de voir condamner un élu parce qu’il a mis en œuvre le programme sur lequel il s’est fait élire. Le PCF mène en France et soutien dans le monde de nombreux combats, « le travail ne manque pas » comme on dit! Je pense pourtant que ce combat en vaut bien d’autres et de nombreux communistes devraient le rejoindre.

Nicolas Garcia

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *