Agacée par le mécontentement grandissant, notamment sur la piscine, la municipalité d’Elne édite un tract qui confirme la fermeture.

« La municipalité d’Elne n’assume aucun de ses choix et tente toujours de faire porter le chapeau à d’autres! ». Voilà comment nous pourrions résumer le tract papier glacé, recto verso, qu’elle vient de faire distribuer par des agents communaux. Ce prospectus confirme la fermeture de la piscine municipale alors que les 1000 illibériennes et illibériens signataires de la pétition pour l’ouverture de la piscine  espéraient un « oui! » du maire. Mais « Chez ces gens là », comme chantait J. Brel, on ne reconnait pas ses erreurs, sauf quand une autorité préfectorale vous impose un recul comme cela a été le cas pour la réouverture du poste de secours sur la plage d’Elne au Bocal du Tech. Que dit ce tract où la mairie tente de se justifier? D’abord on y trouve quelques lignes du Moniteur prétendant qu’en France 60 à 70 % des piscines sont vétustes. La belle affaire! Et alors, elles ferment toutes? Le rédacteur affirme sans preuves « notre piscine fait partie des équipements incriminés! » Si dans notre pays tous les équipements publics, ludiques ou pas, qui « ne respectent pas la règlementation » à 100% « fermaient  » le pays ne seraient pas loin de s’arrêter. Voilà pourquoi, jusqu’à présent, l’ARS (Agence Régionale de Santé) a toujours autorisé l’ouverture de la piscine d’Elne. De même la municipalité évoque des « incivilités » qui représenteraient un coût supplémentaire de 4000€. Une Madame Soleil municipale aurait-elle lu dans le mar de café que 2018 serait une année d’incivilités?! Les illibériens sont vraiment pris pour des imbéciles par cette municipalité, mais ils ont vite compris que celui qui veut tuer son chien, dit qu’il a la rage ou moins, prosaïquement, que dans l’intention de la fermer cet été , la commune a laissé tout la piscine municipale se dégrader tout l’hiver, sans aucun entretien, sans « la faire tourner ».

La ville ruinée par l’ancien maire : une litote de l’actuel premier magistrat qui ne fait plus recette!

Comme d’habitude, un montant de réparation exorbitant est annoncé à la cantonade sans vérification possible. Jamais « une remise en route » n’a couté 60000€, tout au plus 25000€, c’est donc l’abandon hivernal nous coûte cher! Il faudra expliquer comment et pourquoi ces difficultés, apparemment  indépassables aujourd’hui, n’ont pas conduit l’ARS à interdire l’ouverture de notre piscine communale en 2014, 2015, 2016 et 2017, c’est donc qu’elle répondait aux normes acceptables. La municipalité devra aussi dire ce qu’elle a fait depuis son élection pour éviter d’en arriver là. Celle que je dirigeais a transformé une partie des plages de la piscine en pelouse, a remis aux normes les pédiluves, les vestiaires et les douches. Pour couvrir son immobilisme et son incapacité à prendre des décisions depuis 4 ans le maire et sa majorité s’enferment ou plutôt se réfugient dans un argument unique : la ville était ruinée. En ce qui concerne la piscine ils ont trouvé un bouc émissaire la communauté de communes auprès de laquelle aucun dossier sur le sujet n’a été diffusé.

De toutes manières la com-com ACVI n’a pas cette compétence et d’ailleurs nous croyons que déjà trop de compétences lui ont été transférées. Il ne faut pas croire qu’  » Elne est en déficit ». Le déficit pour une mairie cela n’existe pas! Il ne faut pas accepter l’idée que la ville a été ruinée par l’ancienne municipalité, c’est faux! Personne n’a pu en apporter la preuve jamais. La municipalité en place ne s’appuie que sur un seul élément : une lettre circulaire de la préfecture, reçu également par une centaine de mairies en 2013 pour alerter sur le niveau d’endettement sans autres contrôle, obligations ou contraintes. Le taux d’endettement, contrairement à l’actuelle majorité municipale, nous l’assumons car ils correspondent aux choix faits avec mon équipe de ne pas offrir à nos concitoyens des services et prestations moindre. Et d’ailleurs, comment peut-on dire que la commune est ruinée quand durant mes mandats (2001 – 2014) la population illibérienne s’est collectivement enrichie d’une station d’épuration, de l’espace Gavroche, du parking souterrain et abords mairies, des lotissements communaux, du centre de loisir, d’un groupe scolaire composé d’une école primaire, d’une maternelle et d’une crèche, d’un stade et complexe sportif, de la Maternité… Je pourrais encore allonger cette liste. Oui j’assume et si c’était à refaire, je le referais car notre ville mérite amplement ces équipement publics.

De l’Argent la mairie en trouve pour ce qui l’arrange!

En vérité de l’argent, il y en a : pour les fresques, pour la fête antique qui a couté une vraie fortune sur un seul jour, pour investir (60000€) au camping « Els Pedreguets »  alors que ce dernier vient d’être délégué au privé pour douze ans. Et ceux qui ont rédigé le tract osent dire que 44 250 € pour une piscine municipale constituent un énorme gouffre financier! Dans ce torchon de luxe, des illibériennes et illibériens sont traités, je cite, de  «  propagandistes (…) habiles et sans scrupules… » . Voilà comment le maire et ceux qui le suivent abordent la démocratie locale. En vérité la piscine municipale pouvait ouvrir cette année, pour cela il aurait fallu durant tour l’hiver maintenir sa filtration, procéder à la maintenance normale des appareils électro – mécaniques et entretenir les plages minérales et végétales. Que va-t-il se passer maintenant : soit la filtration et la chloration de la piscine sont maintenues pour préserver l’avenir et donc pourquoi ne pas carrément l’ouvrir et mettre des recettes en face du coût de l’électricité et des produits; soit on laisse en l’état et cela deviendra une jungle nauséabonde, l’eau va croupir, devenir une « nurserie » pour moustiques, y compris Tigres, et l’équipement ne pourra réellement plus jamais ouvrir; soit la municipalité va enterrer cette piscine au sens figuré (c’est déjà fait) mais aussi au sens  propre… Le tract n’explique rien de tout cela! 

En réalité le maire d’Elne et ses petits copains élus n’assument pas leurs idées libérales, pour eux un service public qui ne rapporte pas financièrement ou qui nécessite l’embauche et la gestion de fonctionnaires territoriaux, est à bannir. Je pourrais citer les pompes funèbres communales, les deux campings, le fauchage des bords de voirie ou des bassins d’orage, la peinture des bâtiments, la piscine municipale, le poste de secours au Bocal du Tech – plage d’Elne (dans ce cas précis c’est la préfecture a contraint la ville à l’installer). La privatisation de la Maternité d’Elne a également été envisagée mais après analyse l’exploitant approché a renoncé vu qu’en 4 ans, rien ou pas grand chose n’a été fait dans ce lieu prestigieux.

Nicolas Garcia.

 

Une réflexion au sujet de « Agacée par le mécontentement grandissant, notamment sur la piscine, la municipalité d’Elne édite un tract qui confirme la fermeture. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *