Conseil National du PCF : la résolution sur l’Europe et les européennes débattue évoque le manque de démocratie en Catalogne.

Les choses finissent par bouger en Europe et dans toutes les formations politiques depuis l’emprisonnement des 5 député.e.s au « parlament de Catalunya », vendredi 23 mars dont Carme Forcadell (présidente du parlement jusqu’au 21 décembre 2017) et de Jordi Turull ex-ministre (Conseller de la Generalitat de Catalunya) et depuis l’arrestation du Président de la Generalitat de Catalunya Carles Puigdemont. En route pour le Conseil National du PCF qui se tient Place du Colonel Fabien à Paris, je découvre la longue résolution qui nous est soumise au vote sur l’Europe et les européennes, sujet à l’ordre du jour de ce week-end de travail. Je peux y lire avec joie que le dénie de démocratie en catalogne y est reconnu.

« …Parce qu’il est devenu impossible d’obtenir le consentement des peuples pour les « réformes » néolibérales, parce que le rejet de cette UE est massif et très profond dans nos sociétés, pour poursuive leur projet, les classes dirigeantes en Europe ont clairement opté, après le déni des référendum de 2005, pour un tournant autoritaire, avec une méthode anti-démocratique allant  du contournement des parlements (comme avec le 49-3 et les ordonnances) et des souverainetés populaires jusqu’au coup d’État financier perpétré contre la Grèce, avec l’appui actif de la Banque centrale européenne. La démocratie, les libertés politiques comme en Catalogne et les droits humains ont reculé à toute vitesse… »

Nicolas Garcia.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *