Conseil municipal d’Elne, le 19 juillet, encore des décisions incompréhensibles et coûteuses.

Mercredi 19 juillet dernier, le conseil municipal d’Elne s’est réuni avec peu de points à l’ordre du jour (transfert de compétences à la communauté de communes oblige). Suffisamment toutefois pour générer quelques débats houleux entre majorité et opposition.

Premier point, sur une question apparemment anodine : « la mise à jour de la liste des emplois bénéficiant d’un logement pour nécessité absolue de service. »  A priori une délibération prise chaque année, sauf que cette fois on apprend, au travers de l’arrêt de la mise à disposition du logement du camping municipal « Els pedregets », que ce dernier pourrait, très bientôt, passer en gestion privée. Pour le groupe communiste, socialiste, citoyen Roland Castanier questionne : « quel est ce fonctionnement démocratique où les élus apprennent par une délibération banale et sur un autre sujet que le maire a pris une décision capitale pour la commune? Jamais le choix du passage au privé du dernier camping municipal qui reste à la commune d’Elne (El Moli a été vendu il y a deux ans), n’a été discutée en conseil municipal, ni même en commission et bien évidemment n’a pas fait l’objet d’un vote ».

Deuxième point,  surprenant, incompréhensible et pour tout dire aberrant : l’aménagement du boulevard Narcisse Planas (ancienne RN 114) du giratoire du groupe scolaire Françoise Dolto (Place des Droits de l’Enfant) au pont qui surplombe l’entrée d’Elne par la route de Latour Bas Elne. Pour notre groupe, l’aménagement de cette ancienne nationale, nommée Narcisse Planas par la précédente équipe municipale, en rambla, parcours de santé etc. n’est pas une aberration, nous avions un projet similaire et nous étions prêts à voter pour celui proposé mercredi dernier. Mais pour obtenir ce vote positif de notre part, j’ai préalablement demandé au maire sortir le giratoire de Dolto du projet. En effet nous ne pouvons accepter, pour le bien des illibériens, la destruction et la reconstruction du grand giratoire de Dolto (Place des droits de l’enfant). C’est une gabegie financière et une ineptie pour ne pas dire un caprice politique! La modification de cet ouvrage de moins de 10 ans, donc pas encore « amorti », pour un coût de 1 062000 € (un million soixante deux mille euros TTC) selon les propres chiffres du maire et du bureau d’étude . Cela fait cher pour un rond-point jouant parfaitement les rôles qui lui étaient assignés :

-Ralentir radicalement la vitesse.

-Relier toutes les voies et quartiers par un premier « point de soudure » sur une nationale qui coupait Elne en deux, il y a dix ans à peine.

-Enfin « implanter » le complexe scolaire maternelle – primaire – crèche sur cette place, comme un bâtiment remarquable d’entrée de ville.

Certes ce giratoire, pensé et conçu avec les ingénieurs de l’ancienne DDE, méritait d’être amélioré mais quelques aménagements peu coûteux étaient suffisants. En vérité, à l’image de la fontaine récemment enterrée devant la mairie et tant d’autres choses, le seul vrai défaut de ce giratoire aux yeux de la nouvelle municipalité réside dans le fait qu’il a été réalisé par la précédente. A noter que le coût total prévisionnel du projet d’aménagement du boulevard Narcisse Planas s’élève à 4 millions d’€ TTC dont un million soixante deux mille euros (argent du contribuable) pourraient être économisés. Au reste l’expérience prouve un très faible subventionnement pour ce type de réalisations.

Dernier point : J’ai demandé au maire d’Elne, sans obtenir de réponse, pourquoi lui, toujours prompt à donner des leçons de morale aux autres, n’avait même pas eu la politesse de retourner un simple accusé de réception aux deux courriers officiels envoyés ces dernières semaines, comme vice-président du Département, élu d’Elne et de la communautés de communes. Dans le premier je l’informais, photo à l’appui, de la plainte que j’ai été amené à déposer contre un conseiller municipal et un adjoint de sa majorité, qui non content d’avoir régulièrement badigeonné avec de la peinture mes affiches des législatives, m’ont agressé en pleine nuit avec un bombe lacrymogène heureusement périmée et un bâton. Dans le deuxième courrier, j’annonçais au maire d’Elne que Marie Pierre Sadourny et moi-même avions décidé de subventionner à hauteur de 25.000€ le giratoire au droit de l’ancienne gendarmerie et du jardin d’enfants Rose Blanc. Je lui demandais aussi de bien vouloir m’inviter, à double titre, aux réunions de chantier de la réhabilitation de la cathédrale d’Elne. D’abord parce le Conseil départemental finance 20% des travaux (comme la commune), ensuite parce que c’est l’ancienne municipalité que je dirigeais qui, en 2013 a lancé le projet et les études. Je le répète, malheureusement je n’ai même pas reçu en retour de ces deux courriers le moindre  accusé de réception …

Nicolas Garcia.

 

Une réflexion au sujet de « Conseil municipal d’Elne, le 19 juillet, encore des décisions incompréhensibles et coûteuses. »

  1. Je vais te repondre ; le maire ne repond pas au courriers et ensuite il affirme devant l’assemblée qu’il n’a jamais rien reçu ! si ce n’est pas mentir ça !
    Je l’ai entendu mentir devant tout le conseil municipal, à plusieurs reprises avec une aisance déconcertante. C’est quand même le premier magistrat de la commune, c’est incompréhensible. En principe c’est les enfants et les mytho. qui mentent les uns pour échapper à la punition et les autres c’est dans leur nature. Tu en tires tes conclusions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *