Conseil Départemental du 9 octobre : trois motions adoptées.

Le Conseil Départemental des PO planchait aujourd’hui en séance plénière pour la première fois depuis fin juillet. De nombreuses affaires courantes faisant consensus ont rapidement été traité, mais avant une grande partie de la matinée a été occupée par la politique. Premiers échanges de la matinée suite à l’élection Sénatoriale de fin septembre et à l’attitude de Jean Louis Chambon (PS) qui a littéralement fait battre la présidente du Conseil Départemental en se maintenant au second tour, favorisant ainsi ouvertement l’élection du Républicains Jean Sol.  Une telle « trahison » n’arrange pas l’image des politiques auprès du public, d’autant que la « pachaque » se serait faite contre un os à ronger à l’agglo. Pour ce but contre son camp, Jean Louis Chambon s’est vu retirer ses délégations par la présidente et le président du groupe Alex Reynal a considéré que « Monsieur Chambon s’est exclu de lui-même du groupe socialistes et apparentés. » En suivant, un débat politique sur d’autres sujets importants a débouché sur le vote de trois motions :

  • la première sur les graves évènements qui se déroulent Catalogne, condamne la violence de l’Etat Espagnol, qui n’est jamais une solution. Dans cette motion le Conseil Départemental en appelle au dialogue et à une solution politique avec une médiation extérieure. (vote unanime).
  • la deuxième est une charge et une opposition radicale à la politique d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, (fin des contrats aidés, politique pour les riches, nouvelle austérité contre les salariés du privé et ceux de la fonction publique, gel des salaires, baisse de l’APL). L’opposition droito – macrono – centriste du conseil départemental a refusé de participer au vote, tous les autres présents ou représentés ont approuvé cette motion.
  • la troisième enfin pour protester contre la fin du « décrochage Pays Catalan » de France 3. Pour des raisons d’économie et même si nous avons appris pendant la session que la décision de FR3 était suspendue, la télévision publique veut fermer ce moment de proximité et tout ramener aux grandes régions. Comme j’ai pu le dire non seulement il ne faut pas supprimer ce décrochage local mais il faut l’améliorer plus long, plus de direct et de proximité, moins de doublons avec Montpellier et aussi beaucoup plus de langue catalane. En effet à l’heure où l’étude sociolinguistique financée par le Département, l’université de Perpignan et la Generalitat montre que beaucoup, beaucoup, plus de gens aspirent à apprendre le catalan, France 3 devrait plus utiliser notre langue pour informer.

Nicolas Garcia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *