Au congrès national du PCF, les congressistes catalans font adopter un amendement sur la situation des prisonniers politiques catalans.

Un moment fort, important et pourquoi ne pas le dire historique pour le Parti Communiste Français réuni en congrès national jusqu’à dimanche 25 novembre à Ivry-sur-Seine. En effet après une première intervention forte de Marie-Pierre Vieu, députée européenne du Sud Ouest, j’ai déposé au nom de la délégation des Pyrénées Orientales un amendement dans ce qui sera, une fois approuvé, le texte d’orientation politique du PCF pour les trois ans à venir. Cet amendement adopté par 92% des congressistes communistes est le suivant :  « Voilà pourquoi, sans prendre position sur l’indépendance de la Catalogne, nous (les communistes français) n’acceptons pas que des responsables politiques et associatifs soient emprisonnés et poursuivis pour avoir organisé pacifiquement un référendum sur la création d’une République Catalane indépendante. En démocratie, mettre des urnes à la disposition des citoyens ne peut constituer un délit ». Grande satisfaction et fierté de la délégation catalane du nord, d’autant que le 30 novembre prochain, j’accompagnerai Marie-Pierre Vieu et Ian Brossat (chef de file communiste pour les élections européennes du 26 mai 2019), à la prison de Lledoners près de Barcelone. Nous y rencontrerons les prisonniers politiques catalans et notamment Oriol Junqueras pour aborder la question de la candidature d’un prisonnier ou d’un exilé politique catalan sur notre liste aux européennes.

En el congrés nacional del PCF, als congressistes catalans han adoptat una esmena sobre la situació dels presos politics catalans.

Un moment fort, important i per què no dir-ho històric pel partit comunista francès reunit en congrés nacional fins al diumenge 25 de novembre a Ivry sur Seine prop de Paris. Després d’una primera i forta intervenció de Marie-Pierre Vieu, diputada europea, he presentat en nom de la delegació del Pirineu Oriental una esmena a integrar en el que, un cop aprovat, serà el text d’orientació política del PCF per als tres Anys a venir. Aquesta esmena adoptada per 92% dels congressistes comunistes és la següent : « veta qui per què, sense prendre posició sobre la independència de Catalunya, nosaltres comunistes francesos, no acceptem que polítics i líders associatius siguin empresonat i processat per haver pacíficament organitzat un referèndum sobre la creació d’una República Catalana independent. En una democràcia, posar urnes a disposició dels ciutadans no pot constituir un delicte. »

Gran satisfacció i orgull de la delegació catalana del Nord, especialment també perqué el 30 de novembre, acompanyaré Marie-Pierre Vieu i Ian Brossat (líder comunista per a les eleccions europees de 26 maig 2019), a la presó dels Lledoners, a prop de la Barcelona. Ens reunirem amb els presos polítics catalans i en particular Oriol Junqueras per abordar la qüestió de la candidatura d’una o un presoner o d’una o un exiliat polític català a la nostra llista per la Unió Europea.

Nicolas Garcia.

 

Une réflexion au sujet de « Au congrès national du PCF, les congressistes catalans font adopter un amendement sur la situation des prisonniers politiques catalans. »

  1. Bravo pour cet amendement ! Liberté pour les responsables politiques et associatifs emprisonnés et poursuivis pour avoir organisé pacifiquement un référendum sur la création d’une République Catalane indépendante !
    Bernadète

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *