Céret : les candidatures communes entre FI et PCF66, auraient pu aboutir…

À Ceret, hier soir 15 mai, salle du cinéma, un collectif de citoyens « 1 candidat mais pas 2 » qui milite pour les  candidatures communes aux législatives, tentait ce qui aurait pu être appelé  « réunion de la dernière chance »! En droite ligne de l’initiative d’anciens responsables syndicaux de la CGT, FSU, CFTC, vendredi d’avant à la Bourse du Travail de Perpignan,  le collectif cérétan a invité les candidats, les partis, les citoyens à débattre pour arriver à une candidature commune entre France Insoumise et le PCF/Front de Gauche. Cette réunion, bien que boycottée par Fi et ses candidats, s’est quand même tenue. Ceux qui se considèrent de plus en plus comme les seuls dépositaires des voix de Jean Luc Mélenchon, avaient quelques heures auparavant, sur les blogs à grande consultation, fait connaître leur position en des termes peu amènes pour les organisateurs et les autres forces qui ont porté Mélenchon à son score de la présidentielle. La réunion a malgré tout eu lieu, avec une bonne trentaine de personnes, les deux candidats (titulaire et suppléant) PCF/Front de Gauche et trois membres de France Insoumise venus « sans mandat parler quand même au nom de FI ». Chacun a donné sa position, des appels ont été lus, d’Ensemble (fondatrice avec le PCF et le PG du Front de Gauche), de la CGT… J’ai expliqué au nom du PCF/Front de Gauche que nous ne voulions pas diviser les électrices et électeurs de Jean Luc Mélenchon, que notre priorité n’était pas à la politique politicienne visant à éliminer d’autres forces politiques, mais bien :

  • à ne pas laisser les mains libres à Macron, qui ne peut mettre en œuvre les fameuses ordonnances qu’avec l’accord préalable du Parlement
  • à contrecarrer les magouilles qui se préparent avec Les Républicains, voire d’ex responsables et grands élus du PS.

Notre priorité : défendre les gens!

J’ai aussi dit que le fonctionnement de notre parti permettait de nous unir ici dans les PO et que le national ne pouvait que valider nos décisions locales. Enfin, après avoir développé la proposition nationale (212 candidatures communes au moins), en phase avec le niveau d’ambition annoncé par JL Mélenchon lui même lorsqu’il dit que les forces qui l’ont soutenu peuvent gagner les législatives, j’ai aussi réitéré la proposition « catalane ». « L’offre » du PCF/Front de Gauche d’aqui, que nous réitérons inlassablement depuis janvier, époque où JLM était donné à 10%, consiste à faire candidature commune autour de FI dans la deuxième et troisième circonscription des PO, et autour du PCF/Front de Gauche dans les 1 et 4, avec une suppléance pour FI sur la 4. Tout cela a été dit dans cette réunion, mais ce que l’on a surtout entendu dans la bouche de tous les autres intervenants c’est la colère, la désespérance, la déception… Les uns après les autres, citoyennes et citoyens, le plus souvent libres de tout engagement, ont manifesté leur incompréhension face à la « fin de non recevoir de FI« , leur rage de voir gâcher leur capital électoral « qui n’est la propriété de personne, car ma voix c’est ma voix et elle m’appartient! » dira une intervenante. Oui! ce qui s’est surtout dit au cinéma de Céret lundi soir, c’est le sentiment d’abandon, l’erreur commise, la machine à perdre qui se met en route, bref la détresse d’un électorat qui rêvait d’union, au moins entre toutes celles et ceux qui ont voté le 23 avril dernier pour le même candidat, et  que l’on oblige à déchanter. « Quant arrêterons-nous d’être cons! », résumera une des dernières oratrices. Cependant, comme j’ai pu le dire dans ma dernière intervention en renouvelant encore une fois la proposition du PCF66, tout n’est pas perdu, il faut continuer à discuter et à pousser en ce sens, car même après le 19 mai, date limite des déclarations de candidatures, des candidats peuvent se retirer. Dans les PO, ne laissons pas le champ libre à la droite de Macron ou de « Les Républicains », ne remettons pas le pied à l’étrier à des socialistes rejetés par l’électorat, ne favorisons pas l’émergence du FN.

Nicolas Garcia.

2 réflexions au sujet de « Céret : les candidatures communes entre FI et PCF66, auraient pu aboutir… »

  1. ????? Avec les manoeuvres politiciennes que Macron met en place, je pense que même si on n est pas d accord, il aura la majorité au parlement pour voter ses réformes. On aura que les yeux pour pleurer. Ou on est optimiste par dessus tout ou on est trop cons…

    1. Je voulais dire que c’est très malin de tout chambouler, il déstabilise la droite, il va sans doute faire cohabiter au sein du gouvernement la droite et la gauche… et manipuler tout le monde pour parvenir à ses fins. Un clin d oeil à Merkel et il met tout le monde dans sa poche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *