Archives pour la catégorie Maternité Suisse d’Elne

Emission sur la télévision nationale catalane TV3 « Divendres » concernant le film « La llum d’Elna »

Dans le cadre de la promotion du film « La llum d’Elna » inspiré de l’histoire qui s’est déroulée à la Maternité d’Elna et de son héroïne Elisabeth Eidenbenz , TV3 a consacré beaucoup de reportages, ici une émission quotidienne populaire en direct dans le programme « Divendres ».

Nicolas Garcia.

http://www.ccma.cat/tv3/alacarta/divendres/tv3-estrena-la-llum-delna/video/5659012/

Mardi 28 et mercredi 29 mars Elne, le Département, la Maternité d’Elna et Elisabeth Eidenbenz honorés à Barcelone.

Notre bonne ville d’Elna vient de donner son nom à un film qui va être diffusé sur les télés du monde entier, il y a de quoi être fiers pour les Illibériens et pour l’ensemble des habitants du département. Nous le devons bien sûr à Elisabeth Eidenbenz et à son œuvre à la Maternité d’Elne entre 1939 et 1944, à Guy Ekstein qui l’a retrouvée, à François Charpentier et à sa famille qui ont acheté, réhabilité puis accepté de vendre leur château à la collectivité, aux équipes municipales qui se sont succédé à mes côtés et qui ne se sont pas dégonflées malgré la pression, les opposants, les élections et ont acheté, puis investi dans « le château » pour lui permettre d’accueillir le public et surtout le jeune public, et enfin d’obtenir son classement en monument historique. C’est tout cela qui était présent mardi 28 mars et mercredi 29 à Barcelone pour la présentation du film « La Llum d’Elna » que Miriam Porté (productrice) et Silvia Quer (réalisatrice) ont décidé et accepté de faire, et pour moi c’est une réussite. Cela a permis désormais que la rue séparant le fameux Nou Camp de la belle Maternitat de Les Cors de Barcelone, s’appelle Carrer Elisabeth Eidenbenz. J’ai eu l’honneur de l’inaugurer et d’y prendre la parole aux côtés du premier adjoint de Barcelone Gerard Pissarello (Ada Colau étant prête à accoucher), de Serge Barba, de Noémie Schmidt (Elisabeth dans le film) et de plein de personnalités.
Oui, hier 28 mars à Barcelona, en direct sur TV3, dans la rue Eidenbenz, à la projection au cinéma Aribau de Barcelona devant 1200 personnes dont les élus de Barcelone et la vice-présidente de la Generalitat Neus Monté, comme aujourd’hui 29 mars à 1715 en direct de TV3 dans l’émission « Divendres » (table ronde avec Silvia Quer la réalisatrice, Serge Barba et Assumpta Montella), c’est d’Elisabeth Eidenbenz et de la Maternité d’Elna qu’il a été et qu’il sera question. Toutes les personnes qui tergiversent, font la fine bouche, pour telle ou telle raison, sont vraiment hors sujet. Ce film va contribuer à relancer nos monuments historiques, notre ville et notre Maternité en perte de vitesse quand au nombre de visiteurs. Encore un cadeau que nous devons à Elisabeth Eidenbenz et aussi à Miriam Porté, à Silvia Quer et à Noémie Schmidt qui fait une belle et convaincante Elisabeth dans le film. Bientôt diffusé à Elne ?

Nicolas Garcia.

Mardi 28 mars et mercredi 29 mars : Barcelone rend hommage à la Maternité d’Elna et à Elisabeth Eidenbenz.

Tout tourne autour de la sortie cette semaine du film sur la Maternité d’Elna et sur la figure d’Elisabeth Eidenbenz. Ce film est une aubaine pour Elna et pour l’histoire de la Maternité. Il fait la preuve et donne raison a toutes celles et ceux qui se sont accrochés pour acheter le lieu et en populariser la belle histoire qui s’y est déroulée, donnant définitivement  tort à ceux qui ont combattu le projet.
Barcelona honore Elisabeth, la Maternité, Elne et je suis fier de participer à l’hommage, comme modestement j’ai participé au film. Donc je serai demain 28 mars et mercredi 29 mars dans la capitale catalane, invité par la maison de production Distinto films et sa représentante Miriam Porté, aux côtés de la réalisatrice et des actrices du film, notamment Noémie Schimdt qui fait une remarquable Elisabeth Eidenbenz. Dès 11 h 15, je participe en direct à une matinale de TV3 « Els Matins » puis  à 12 h 30 à une conférence de presse dans les locaux de TV3, vers 19 h 30, inauguration d’une rue Elisabeth Eidenbenz par la mairie de Barcelone, enfin à 21 h 30, projection du film en salle. Le lendemain 29 mars, à 17 h 15, retour à TV3 pour une émission « Divendres » où une table ronde sur le thème d’Elisabeth Eidenbenz et sur la Maternité d’Elna est organisée. Enfin vendredi 31 mars à 22 heures, TV3 diffuse le film pour le grand public.
Miriam Porté de la maison de production « Distinto Films », la réalisatrice Sylvia Quer, sont deux femmes passionnées. Elles racontent des histoires de femmes, celle humaniste, altruiste et pacifiste d’Elisabeth Eidenbenz, celle des femmes combattantes de la république comme Victoria ou non combattantes comme la plupart qui accouchèrent à la Maternité d’Elne entre 1939 et 1944. Les actrices : Noémie Schmidt, une Suisse qui joue le rôle d’Elisabeth Eidenbenz; la Catalane Nausicaa Bonnin incarne un personnage de fiction inspiré par la vie de Neus Catala ; Natalia de Molina qui a obtenu le Goya de la meilleure actrice espagnole en 2016, joue le rôle de Carmen Garcia (maman qui avait accouché à la maternité puis devint infirmière aux côtés d’Elisabeth).
Le tournage s’est déroulé près de Girona à Calonje, dans les jardins d’une maison de maître sensée ressembler à la Maternité d’Elna, plus pratique pour la production de travailler en Catalogne sud. Miriam Porté m’a invité en plein tournage et j’ai pu rencontrer la réalisatrice, les scénaristes, participer et intervenir dans une conférence presse. J’ai pu parler à des actrices, curieuses de savoir comment se comportait Elisabeth Eidenbenz, comment elle était dans la vie, puisque durant les 9 dernières années de sa vie, j’ai eu la chance de la rencontrer régulièrement et de passer beaucoup de temps avec elle, de 2002 jusqu’en 2011 date de son décès. Je pense que ce film de télévision, diffusé sur TV3 vendredi 31 mars à 22 heures, va «conquérir » beaucoup de télévisions européennes et mondiales en peu de temps.
Nicolas Garcia
Natalia De Molina, Sylvia Quer, Nicolas Garcia, Noémie Schmidt, Nausicaa Bonnin, sur le tournage du film maternité d’Elna.

Jeudi 9 mars, une matinée consacrée à la Maternité d’Elne et aux enfants dans la guerre d’Espagne et la Retirada.

Il est comme ça des journées qui vous réservent de belles surprises et qui vous emplissent d’émotion et d’espoir. En ce jeudi matin 9 mars, j’ai eu l’honneur et le plaisir d’accueillir et de faire la visite de la Maternité d’Elne à une trentaine de lycéens de Terminale S à Limoux. Cela a été un grand plaisir, une grande émotion, de dialoguer avec ces jeunes gens, très intéressés par l’œuvre d’Elisabeth mais aussi par l’accueil que notre pays réserve aux migrants.

En fin de matinée, je me suis rendu dans les nouveaux locaux de la communauté de communes Albères – Côte – Vermeille – Illibéris, où Pierre Aylagas inaugurait l’exposition  » Los Niños de Rusia » proposée par FFREEE (Fils et Filles de Républicains Espagnols…) et réalisée par Mme Sierra, professeure à l’université d’Alcala de Linares. Pendant la guerre d’Espagne et notamment vers son terme, des dizaines de milliers d’enfants furent envoyés en France et dans toute l’Europe, au Mexique mais aussi en Russie (Union Soviétique à l’époque). C’est l’histoire de ces enfants que raconte l’exposition avec une émotion remarquable. Merci à Pierre Aylagas de m’avoir invité et permis de dire un mot comme conseiller départemental sur un sujet qui me touche de très près et dans lequel je me suis beaucoup investi (rappelons qu’à Elne je ne suis jamais invité aux initiatives, y compris sur la Maternité et donc, même pas la peine d’imaginer m’exprimer).

Une très belle matinée!

Nicolas Garcia.

Dimanche 26 février au Mil.lenari de Toulouges, Kevin Perez nous a émus!

Dans cette belle salle faite pour le spectacle et mise gracieusement et gentiment à disposition par la commune de Toulouges, le jeune artiste Kevin Perez a ému le public avec son spectacle Federico(s), présenté à l’initiative du PCF66 et du Travailleur Catalan. C’est l’histoire de trois Federico(s), l’un né en 1921, l’autre en 1951, le dernier en 1981, chacun fils de l’autre, chacun ayant 30 ans d’écart avec l’autre, chacun ayant vécu la guerre d’Espagne au travers de l’autre.

Ce n’est pas l’histoire scientifiquement étudiée par les historiens, ce n’est pas l’histoire finement analysée du côté anarchiste ou communiste. Non c’est l’histoire telle que nos pères ou grand-pères nous l’ont transmise, quand ils ont bien voulu le faire, ce qui n’a pas toujours été le cas (par exemple dans la famille de l’acteur). C’est l’histoire vécue et transmise par des dizaines de milliers de familles aux familles, hors des commissaires politiques, des états-majors, des penseurs… C’est l’histoire simple qui dit : il y avait les agresseurs et les agressés, il y avait ceux du progrès, des avancées sociales et sociétales singulièrement pour les femmes, les pourfendeurs de la morale « opusdeiste ». Puis il y avait les forces fascistes défenseuses et défendues par les « terratenientes » et le clergé. C’est l’histoire d’une assiette brisée en deux comme l’Espagne, d’une guerre civile provoquée par un coup d’Etat des fascistes dont le généralissime deviendra Franco après l’opportune disparition de ses deux comparses les généraux Mola et Sanjurjo. C’est l’histoire d’une défaite provoquée notamment par les divisions et l’abandon de la jeune république sociale espagnole par la France et l’Angleterre, quand Hitler et Mussolini soutenaient le tyran Franco. C’est l’histoire de la Retirada de près de 500.000 rojos, c’est l’histoire racontée, et comment! par un petit fils de combattant, d’exilé… à qui on ne l’a pas raconté et qui a voulu savoir, pour la raconter à son tour.

Une belle soirée pour toutes et tous

Nicolas Garcia.