Dans une Catalogne tendue, la campagne de Manuel Valls à Barcelone mettra-t-elle le feu aux poudres?

« Grillé » en France y compris chez les socialistes, Manuel Valls tente de relancer sa carrière politique surs les terres où il est né!

Il a beau exhiber les clefs de son appartement barcelonais, abandonner son mandat de député français comme Manuel Valls a toujours sacrifié son environnement pour sa seule ambition personnelle, son amour « démesuré » pour la Catalogne peine à convaincre. A Matignon et à Perpignan il affirmait  « Un premier ministre de la France ça ne parle pas catalan », il ordonnait à la police de maintenir les manifestants loin de la préfecture pour que son déjeuner ne soit pas troublé par les « vociférations » du peuple, il abusait du 49-3 pour imposer sa politique. Enfant gâté et capricieux de la politique, il veut, selon ses propres dires, « devenir maire de Barcelone »! Ses mandats en France ne laisseront pas de souvenirs impérissables, l’histoire n’en retiendra rien! Petit Duce habitué aux coups de menton, anti migrant, amalgamant islam et terrorisme, pro israélien dans le conflit Palestinien, rien de surprenant à voir Manuel Valls s’accoquiner avec les forces les plus réactionnaires et fascistes espagnoles et catalanes. Pour se risquer dans l’aventure barcelonaise il a fallut plus que ses envies personnelles ou la sollicitation de Ciudadanos, parti politique très à droite, diviseur de la société catalane, c’est en réalité l’appel et le soutien promis par une frange de la bourgeoisie, du patronat et de la finance catalane ou implantée en catalogne qui ont finalement décidé l’ambitieux Valls. D’ailleurs certains grands patrons et financiers du département se disent comblés par cette candidature. Quelle aubaine en effet pour ceux qui profitent déjà de la casse du code du travail de l’autre côté des Albères, que ce libéral convaincu qui, depuis Matignon, servait si bien leurs intérêts et celui des multinationales.

Les Français disent « bon débarras ! »

Manuel Valls quitte la vie politique française, rares sont ceux qui s’en émeuvent. Toutefois l’écœurement est grand de voir l’homme, « grillé » en France, essayer de se « refaire la cerise » et d’étancher sa soif de pouvoir, d’autorité, de notoriété sur le dos de la catalogne, au prétexte qu’il y est né. Après 5 ans de gouvernement, aux postes les plus importants, Manuel Valls a perdu la primaire socialiste (31,9%), dans une législative de 2017 très contestée en son fief de l’Essonne, il n’a devancé sa concurrente de gauche, pourtant inconnue, que d’une petite poignée de voix. Ceci résume l’opinion qu’ont de lui ceux qui le connaissent le mieux!

A Barcelone finalement Valls déclame, avec un accent au demeurant sympathique, le discours habituel des « espagnolistes » pourtant le camp de la droite espagnole et des anti-indépendantistes est le seul que sa candidature déstabilise! Les barcelonaises et barcelonais ne sont pas et ne seront pas dupes, les enquêtes d’opinion le créditent aujourd’hui de 6% d’intentions de votes, aucune d’inquiétude ils renverront ce « fantasma » à ses chères études. Plus justifiée est l’angoisse suscitée par les conséquences de sa campagne électorale sur le vivre ensemble en Catalogne. Effectivement soutenue et portée par les militants de Ciudadanos et Societat Civil (extrême droite), elle attise les tensions générées par les incessantes provocations nationalistes ou anti catalanistes.

Provocateur et manipulateur !

Lui-même provocateur et manipulateur politique, vu la situation tendue en Catalogne, le français pourrait mettre le feu aux poudres et amener le gouvernement espagnol « à reprendre les choses en main ». Barcelone et le territoire catalan n’ont vraiment pas besoin de cela en ce moment ! En France certaines personnalités socialistes ou de droite, s’extasient devant la posture européenne de Manuel Valls. Encore une fois ils démontrent ne rien comprendre à la situation en catalogne et aux dangers qu’elle recèle notamment à cause de l’attitude de Madrid et d’aventuriers comme Manuel Valls. Pour terminer souhaitons que nos frères catalans du sud et surtout Barcelonais, aillent voter aux municipales, mais pas pour cet individu là ! Barcelone, la catalogne, leurs habitantes et habitants, méritent mieux que ça !

Nicolas Garcia.

Une réflexion au sujet de « Dans une Catalogne tendue, la campagne de Manuel Valls à Barcelone mettra-t-elle le feu aux poudres? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *