Archives mensuelles : mars 2017

La campagne de la présidentielle et les législatives se poursuit pour Mélenchon et pour les candidats communistes/Front de Gauche.

Ce matin nous étions sur le marché de Collioure avec quelques copains militants, on constate les bonnes opinions en faveur de Jean Luc Mélenchon mais aussi le potentiel des candidats du PCF/Front de Gauche. Cette période recèle d’énormes possibles, on a besoin de toutes et tous  pour y arriver.

Nicolas Garcia.

Samedi 25 mars. Une journée militante bien remplie !

Samedi matin 25 mars à 11 heures, nous avons honoré la mémoire de Rose Blanc, jeune communiste résistante à tout juste 20 ans, arrêtée et interrogée par la police française et la gestapo en 1942, envoyée à Auschwitz début 1943 où elle est morte en mars 1943, à 23 ans à peine. C’est, dans un discours remarquable et émouvant comme d’habitude, que Nicole Rey a rendu un bel hommage à Rose Blanc, en présence de ses sœurs, de son neveu,  de Léa Tytéca (candidate du PCF/Front de Gauche dans la troisième circonscription), de Françoise Fiter, vice-présidente du Conseil départemental (candidate du PCF/Front de gauche dans la première circonscription), de Jean Vila, de Ségolène Neuville (secrétaire d’Etat), de Jean Marc Pujol.

 

Un petit tour à la rifle des communistes des villages des Aspres à 15 heures, à Oms

En ce samedi après-midi, près de 50 personnes d’Oms, Taillet, Calmeilles, Llauro, Tordères, situés dans la circonscription où je suis candidat pour les législatives, étaient présentes. J’ai aussi rendu visite à mes camarades organisateurs comme secrétaire départemental du PCF66. Ils m’ont évidemment permis de dire un mot aux participants. Une belle initiative politique et financière.

 

A 18 h 30, les 20 ans de l’association « Els goigs tradicionals » à Saint-Genis des Fontaines.

Près de 200 personnes se sont pressées pour soutenir l’association qui en réalité recouvre presque tous les villages des Albères, même si elle est basée sur Saint-Genis. Habaneras, sardanes etc, ont régalé ce public averti et passionné. J’étais présent comme Pierre Aylagas, député et président de la Communauté de communes et Raymond Lopez, maire de Saint-Genis, entouré de nombreux élus de son conseil municipal.

Le rail sous toutes ses formes, c’est la vie, c’est l’avenir, c’est la préservation de l’environnement.

Ce jeudi 23 mars au cinéma du centre ville de Perpignan « Le Castillet », les candidats communistes Front de gauche aux législatives, le PCF66 et les cheminots communistes organisaient la projection suivie d’un débat du film documentaire de Gilles Barbastre sur la disparition voulue et programmée du fret ferroviaire (également réalisateur des nouveaux chiens de garde). Au mépris de la sécurité, de l’environnement, de l’argent public, le fret ferroviaire public recule jusqu’à la portion congrue. Par exemple, le dernier train de primeurs au départ de Saint-Charles pour Rungis est menacé. Un train supprimé, c’est 50 camions de plus par jour sur la route, alors si on double ou on triple le nombre de trains, on retire des routes 100 ou 150 camions par jour. Et que dire des 20.000 camions/jours qui passent au Perthus quotidiennement…
Comme j’ai eu l’occasion de le dire durant cette soirée, pour les communistes, la campagne électorale des législatives sera l’occasion d’accélérer, de renforcer la bataille du rail avec un projet complet sur le transport dans les PO. Et le PCF et ses candidats aux législatives, ses élus, ses militants … appellent à participer et à réussir la manifestation pour le train jaune le 1er avril et vont organiser un rassemblement à Saint-Charles début juin, pour développer les trains primeurs pour Rungis.

Nicolas Garcia.

 

Elne : les communistes en campagne dans tous les villages du canton !

En quatre jours, les communistes d’Elne et du canton ont distribué plus de 12.000 tracts (ma lettre aux habitants du canton « La Plaine d’Illibéris »), dans les 7 communes du canton qui sont dans la 4ème circonscription. Merci à ces militantes et militants courageux qui n’ont pas peur de marcher, mais qui savent aussi passer un bon moment fraternel et convivial entre deux distributions. Merci à elles et eux en tout cas. Sans ces militantes et militants, le plus souvent dans l’ombre, il n’y aurait pas d’élus.

Nicolas Garcia.

Après l’effort, le réconfort!