Archives quotidiennes :

Cérémonies du 19 mars 1962 (fin de la guerre d’Algérie) à Elne et à Alénya, les élus traités différemment.

Un vieil adage dit : « nul n’est prophète en son pays. »  Aujourd’hui dimanche 19 mars, date commémorative de la fin de la guerre d’Algérie pour la reconnaissance de laquelle il a fallu se battre, j’ai participé aux cérémonies d’Elne et d’Alénya. A Elne, malgré la demande du président de la FNACA (fédération nationale des anciens combattants d’Algérie), le maire a refusé que je remette la gerbe avec lui comme cela se fait partout. A noter qu’il en est de même pour les 8 Mai, 14 Juillet ou 11 Novembre. A Alénya en revanche, le premier magistrat a souhaité que les deux conseillers départementaux (Marie Pierre Sadourny et moi-même) déposent la gerbe aux monuments aux morts à ses côtés. Voilà un élu qui fait preuve d’intelligence et qui respecte les usages républicains.

Pour rappel, à l’époque où la droite et le FN refusaient de reconnaître le 19 mars 1962 comme date qui marquera officiellement la fin de la guerre d’Algérie (signature des accords d’Evian, actant le cessez-le-feu en Algérie après 8 ans de ce qu’il faut bien appeler une guerre ), ces deux communes militaient pour cette reconnaissance. Jacques Pumaréda et moi-même avons affronté des détracteurs parfois violents pour donner à des rues d’Alénya et d’Elne le nom de « 19 Mars 1962 », quand le gouvernement de Sarkozy notamment ne reconnaissait pas cette date et imposait le 5 décembre qui ne correspondait à aucun évènement de la guerre d’Algérie. Nous pavoisions nos monuments aux morts et organisions avec la FNACA les cérémonies.

A noter qu’en ce 19 mars 2017 à Elne, il y a eu un dépôt de gerbe et discours au monument aux Morts mais pas de défilé, pas d’apéritif. A Alénya il y a eu un défilé dans les rue du village, dépôt de gerbe et discours au monuments aux Morts et apéritif offert à la population, une vraie cérémonie quoi!

Nicolas Garcia.