Archives quotidiennes :

Le PCF et ses élus donnent leurs parrainages à Jean-Luc Mélenchon sans renoncer au rassemblement.

La clôture du dépôt des parrainages à l’élection présidentielle intervient le 17 mars. Des centaines d’élus communistes, républicains, de gauche parrainent la candidature de Jean-Luc Mélenchon, comme ce fut déjà le cas en 2012. Le PCF66 et l’ADECR66 appellent ceux de leurs adhérents et amis qui ne l’ont pas déjà fait à le faire immédiatement. Pour Jean-Luc Mélenchon, leur ancrage populaire et territorial est un atout, qui doit trouver une meilleure place dans les dispositifs de campagne à venir.

Ce geste démocratique permettra le 23 avril, premier tour de l’élection présidentielle, à des millions d’électrices et d’électeurs de se faire entendre pour une politique d’égalité et de justice sociale, s’attaquant à la finance et ouvrant la voie à une nouvelle République.

Le parrainage des élu-e-s communistes et républicains est porteur d’une exigence : que s’intensifie le travail de rassemblement sur des engagements de justice et de progrès auxquels nous appellent nombreux, les femmes et les hommes de gauche, les millions de personnes pour qui le changement est une urgence. D’ici le premier tour et face au danger d’un second tour entre la droite (Fillon ou Macron) et l’extrême-droite menace, un immense travail de conviction et de rassemblement est nécessaire, en faveur d’un pacte de majorité à gauche, un pacte d’engagements concrets pour changer la vie. Les communistes travaillent au service de cet objectif.

Aux élections législatives des 11 et 18 juin nous voulons tout faire pour concrétiser cette nouvelle majorité et ainsi faire entrer la voix du peuple à l’Assemblée nationale. Les salariés, privés d’emploi, jeunes, retraités, personnes fragilisées… ont besoin d’y être mieux défendues par une représentation parlementaire paritaire et diversifiée. Nous, PCF-Front de gauche, ne ménagerons aucun effort unitaire et nous amplifierons les campagnes de large rassemblement que nous menons depuis des mois pour mettre un terme aux divisions qui ne peuvent qu’empêcher l’élection de nombreux de député-e-s utiles à notre peuple et porteurs d’une nouvelle République sociale, démocratique, écologique.

Déclaration de Nicolas Garcia, Vice-Président du Département 66, secrétaire national du PCF et de Jean André Magdalou, Maire d’Alénya et Président de l’ADECR66 (Association des Elus Communistes et Républicains)

Dimanche 12 mars : l’association Arrels organise sa calçotada traditionnelle.

Elle s’occupe d’enseigner le catalan en immersion linguistique dans le cadre du service public avec une école près de la place Cassanyes à Perpignan et une autre au Haut Vernet, elle s’occupe aussi d’une radio éponyme. Chaque année elle organise rifles (loto), Calçotada et autres initiatives visant à rassembler ses adhérents et amis, à entretenir la convivialité et récolter un peu d’argent pour aider l’association Arrels et ses initiatives. Un bon moment organisé par des personnes qui aux côtés d’autres associations jouent un rôle essentiel dans l’enseignement, la transmission, l’usage quotidien et populaire du catalan.

Nicolas Garcia.

Pere Manzanares, ex président d’Arrels et Francesc Bittloch, directeur de La Bressola à Perpignan, également représentant et coordonnateur de la Catalogne Nord pour l’Assemblée Nationale Catalane et votre serviteur.

Un vendredi 10 mars militant, culturel et patrimonial.

Après une séance matinale de distribution de tracts sur le marché d’Elne (comme tous les vendredis) pour les élections présidentielle et législatives et avant un rassemblement le soir à 18 h 30 place République de Perpignan sur le thème « Un candidat mais pas deux, Mélenchon – Hamon unissez-vous ! », j’ai participé (accompagné d’Annie Pezin) à des rencontres autour des travaux qui touchent deux monuments de la commune. Les archéologues fouillant la chapelle Saint-Jacques m’ont fait part de leurs découvertes : l’histoire très compliquée de cet édifice qui a subi bien des remaniements et aléas au cours de sa vie !

Mais c’est surtout le grand chantier sur l’ensemble cathédral qui a retenu toute mon attention. En effet, c’est un projet qui a été longuement préparé par la municipalité que j’avais l’honneur de conduire. Aujourd’hui, 3ème vice-président du Conseil départemental, je reste impliqué dans cette réalisation. En effet le CD66 (ex-Conseil général) finance ces travaux à hauteur de 20 % (même hauteur que la ville). Le toilettage du clocher nord-est en route (rejointoiement, étanchéité, dépose de poutres métalliques néfastes pour la maçonnerie…) et a permis la « redécouverte » d’une magnifique cloche du XIVe s. (1,5 tonne, environ 1,50 m de diamètre) : cette « campana » géante fait partie, en France, des très rares cloches de cette époque conservées in situ. Dans les prochains mois, c’est le grand clocher sud qui sera l’objet de toutes les attentions (nettoyage, réfection des planchers aujourd’hui disparus ou inaccessibles, consolidation de charpentes…).

Ces travaux donnent aussi l’occasion à tous les chanceux qui peuvent monter au sommet de l’échafaudage d’admirer un superbe panorama sur notre belle ville : je le partage avec vous ! L’échafaudage va bientôt se déplacer vers le « campanar » traditionnel pour travaux. Trop fier d’avoir lancé ce « chantier » comme maire et de le financer comme conseiller départemental.

Nicolas Garcia.