Ces 2 et 3 juin, la permaculture fait sa fête à Elne, techniques agricoles, philosophie… L’avenir peut lui appartenir!

« Dans ces patates tu peux chercher les doryphores » répond André Trives, permaculteur illibérien, à une des questions posées par une personne du groupe d’une trentaine qui déambule avec lui sur les terres qu’il cultive du côté du chemin de Saint Eugénie à Elne. Le lopin en question est dans ce qu’on appelle en permaculture la zone 5, c’est un sanctuaire de la biodiversité, la rivière Tech en fond, des champs autour (non cultivés) où la végétation est libre, de quoi questionner le moindre agriculteur « classique ». Plus loin dans une autre des parcelles d’André, des tentes blanches semblent fleurir, dessous des débats, des étals, des expos, des herboristes, des produits de la permaculture et même un peu de restauration. On y parle de « ramène ta graine », de projets en gestation comme celui de « Terra dels Avis », de plantes qui soignent, on y vend des jus de fruits et de légumes, du vin… On débat et on parle, pour partager cette philosophie, cette manière de cultiver sans épuiser, ni empoisonner la terre et encore moins l’eau. L’agro-écologie c’est un ensemble de pratiques agricoles qui travaillent avec la nature et non contre elle. En fait elle veut plutôt se servir de l’ensemble des forces de vie dans la nature pour obtenir plus de fertilité, de résilience… Avec la permaculture on élargit le sujet, c’est une méthode pour concevoir des écosystèmes humains équilibrés, c’est quelque chose qui vise l’harmonie, c’est une philosophie. Vous pouvez encore découvrir cette fête de la permaculture aujourd’hui – 3 juin, chemin de Sainte Eugénie à Elne.

Nicolas Garcia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *